mardi 17 octobre : Segal
Bretagne.com Culture bretonne Musique bretonne

SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

La musique de Bretagne est intimement liée à l'histoire et au développement économique de la péninsule. Autrefois musique des seigneurs, elle est devenue aujourd'hui l'expression populaire.

Tout commence par l'association cornemuse-biniou. Elle a duré un siècle ; son développement est lié à l'économie. C'est la musique d'une société rurale, aujourd'hui disparue en Europe.
Du Moyen Age, nous reste sans doute la superbe gwerz à Skolvan. La musique populaire est inexistante. Les bardes distraient les cours. Leurs sonnioù tragiques, leurs gwerzioù primesautières, collectées en Bretagne, leurs chants nés ailleurs font la joie des puissants. Les harpes enjolivent les voix. Trop pauvres, les paysans n'ont guère le coeur à la fête.

La musique du peuple

Au XVIIe siècle, les sonneurs (le mot est d'origine française) commencent à participer aux fêtes publiques. La Révolution améliore les conditions de vie et permet l'avènement des très officiels arts populaires. La musique, la danse vont en bénéficier.

En 1850, le chemin de fer traverse la Bretagne. Le long des voies ferrées, des usines s'installent. Villes et campagnes connaissent un essor économique. On veut danser, jouer, s'amuser, « faire la fête ».

  • L'ancien hautbois -devenu, sous les doigts experts de menuisiers et autres charpentiers (de marine parfois)-, bombarde, va bientôt s'unir à la cornemuse, "descendante" de la veuze de Loire-Atlantique. Les dessins d'Olivier Perrin inspirent ces luthiers extraordinairement doués. Pardons et fêtes profanes sont prétextes à l'invention de mille mélodies.

Cela va durer à peu près un siècle, au bout duquel, en quête de modernité, les Bretons vont peu à peu délaisser cornemuse, bombardes et autres binioù pour l'accordéon et le violon.

Renaissance

Née en 1942, en marge de l'Institut celtique, dans les conditions bien particulières de l'Occupation, la BAS permettra, plus tard, de retrouver ces instruments et leur répertoire. Jord Cochevellou (père d'Alan Stivell) et Gildas Jaffrennou remettront la harpe celtique à l'honneur. Des bagadoù se créeront sur le mode des pipe-bands écossais. Une nouvelle musique bretonne naîtra, prête à s'ouvrir aux influences d'Europe, d'Afrique et d'ailleurs.

On le voit, la musique dite « celtique » est une invention sans racines profondes, ouverte sur l'universel.

Les chants

  • Les soniouz sont des chansons bretonnes.
  • Les gwerziou : complaintes ou chansons bretonnes racontant des histoires tristes ou historiques.
  • Le kan ha diskan : un chanteur (kaner) chante une phrase qui est répétée à l'identique par un ou deux chanteurs (diskaner). Le départ est pris sur les derniers mots précédents. Le chant à répondre : un chanteur lance une phrase qui est reprise par des chanteurs ou par le public.

Les instruments

  • Le biniou-koz : c'est la cornemuse bretonne sans doute l'instrument le plus représentatif.
  • La veuze : cornemuse bretonne à un bourdon du pays nantais, ressemble à la cornemue médiévale.
  • Le uileann pipe : c'est la cornemuse la plus sophistiquée (trois bourdons et beaucoup de clés.)
  • La bombarde : elle fait partie de la famille des hautbois avec le même type d'anche et de technique de souffle.
  • Le tin whistle : petite flûte métallique qui se joue comme la bombarde.
  • Les tambours et la grosse caisse constituent la batterie.
  • La harpe celtique : composée de 32 cordes métalliques, elle est arrivée en Bretagne vers le Ve siècle et était tombée en désuétude au début du XXe siècle pour renaître sous l'impulsion d'Alan Stivell.
  • La vielle à roue : instrument très ancien, surtout utilisé en Bretagne et dans le Berry.
  • Le bohdran : c'est un vieux tambour irlandais, utilisant une peau de chèvre, sur laquelle on frappe avec un bâton.
  • Les bones : il s'agit de petits os creux qui produisent un son aigu.
  • L'accordéon diatonique : instrument à vent de petite taille très utilisé dans les fest-noz.
  • Le fiddle : violon utilisé par les Ecossais et les Irlandais, très répandu dans la musique bretonne.
  • La clarinette, la flûte traversière, l'harmonica sont également très prisés par les musiciens bretons.


En ligne 1099 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le mardi 17 octobre 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN