SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

Le culte des saints, un paganisme de bon aloi...

Les Bretons entretiennent avec leurs saints une relation simple et familière. A leur panthéon : les saints fondateurs, mais aussi sainte Anne, saint Yves, saint Patrick...La famille est grande !

FE57EE6D-ABCE-11D3-A2B7009027CC68F4imag1.gif

Les Bretons sont restés fidèles à leurs croyances et traditions, pour beaucoup héritées des Celtes, en dépit des actions du clergé pour extirper toute référence au paganisme. Comme en témoigne le grand nombre de fontaines sacrées, pélerinages, ex-voto et chapelles votives, les saints tiennent une place importante dans la vie des Bretons, survivance du polythéisme breton.

Les sept saints fondateurs des évêchés armoricains ou "pères de la patrie" sont saint Patern (Vannes), saint Corentin (Quimper), saint Brieuc, saint Tugdual (Tréguier), saint Samson (Dol), saint Malo, saint Pol Aurélien (Saint-Pol-de-Léon). Mais la Bretagne a su conserver toute son affection pour des saints.

  • Sainte Anne

Le culte de sainte Anne, épouse de Joachim, mère de la Vierge, succédant à celui de la déesse celtique Ana, participe véritablement à la conscience bretonne. Les premiers missionnaires, qui évangélisent l'Armorique, lui portent une grande vénération, son culte s'étend à l'Eglise Universelle en 1584. En août 1623, le miracle se produit : une dame mystérieuse apparaît à Yves Nicolazic dans le champ du berceau du Bocenno, près d'Auray (Morbihan). Elle lui indique qu'autrefois une chapelle, la première de tout le pays, lui était dédiée et souhaite que la chapelle soit rebâtie. Quelque temps plus tard, Yves Nicolazic découvre une statue à l'endroit-même indiqué par la sainte, emplacement actuel de la basilique de Sainte-Anne d'Auray.

  • Saint Ronan

Moine irlandais, Ronan arrive en Pays de Léon au VIIe siècle pour y trouver la solitude. Peu de temps après, avec l'aide d'un paysan, il s'installe dans la forêt du Névet en Cornouaille. Mais la femme du paysan, Kebenn, cherche à nuire à Ronan et le poursuit de ses calomnies. Pour la paix de son âme, il décide finalement de quitter la Cornouaille pour Hillion, près de Saint-Brieuc, où il meurt. Un chariot, tiré par deux boeufs, ramène sa dépouille jusqu'au lieu où s'élève aujourd'hui l'église Saint-Ronan, à Locronan (Finistère). A la différence des cultes des saints guérisseurs honorés par le peuple et la bourgeoisie, le culte de saint Ronan s'est étendu à la dynastie bretonne : tous les ducs de Bretagne sont venus prier sur sa tombe pour obtenir "hoir* et lignée". *héritiers

  • Saint Yves

Patron universel de la Bretagne, Yves Hélory, né en 1253 près de Tréguier, devient magistrat à Rennes et à Tréguier, recteur d'une petite paroisse en 1284. Il se distingue par sa justice et son amour des pauvres, auxquels il consacre lotit son temps et qui lui vaut son surnom d'avocat des pauvres. Il est canonisé par Rome en 1347.

  • Saint-Patrick

Saint Patrick serait né en 390 au nord des îles britanniques. Il est dit être le fils du décurion Celpurnius. Il fit son apprentissage forcé chez les Gaëls, sa formation ecclésiastique en France puis sa mission évangélisatrice en Irlande.

Breton chrétien, Patrick a su parfaitement appréhender et respecter l'originalité du celtisme irlandais du Ve siècle. Pour certains, Patrick n'était donc qu'un druide converti au christianisme. Fusion entre christianisme et ancienne religion des Celtes, le christianisme irlandais est en effet très différent du christianisme romain, il admet par exemple le " jeûne contre Dieu ". Lorsqu'un chrétien irlandais estime que Dieu s'est montré injuste à son égard, il a le droit d'entreprendre un jeûne pour obliger Dieu à reconnaître son erreur.

C'est évident, Patrick est également magicien à ses heures. Armé de son bâton magique, il chasse les serpents qui infestent l'Irlande. Pédagogue, il utilisera la feuille du trèfle pour expliquer le mystère de la Trinité aux Irlandais. La fête de la Saint Patrick est d'ailleurs appelée " fête du Shamrock ", c'est-à-dire du trèfle, emblème national de l'Irlande. C'est Patrick qui fera de l'Irlande ce que l'on a appelé " île des saints ", d'où partiront plus tard des évangélisateurs vers le continent, dont le plus célèbre : saint Colomban.

  • Saint Théleau

L'histoire nous montre saint Thé­leau, compagnon de saint Samson de Dol, concourant avec lui à l'évangélisation des bretons et aussi à l'implantation du pom­mier en Bretagne, puis retournant au-delà des mers, pour mourir archevêque de Llandaff, au Pays de Galles, à la fin du VIe siècle. On dit qu'il vint avec une partie de son troupeau en Armorique chercher un refuge temporaire contre la peste qui dévastait son pays et il faut croire que c'est à cette occasion qu'il se retira dans les bois et montagnes du pays de Château­neuf, et c'est ici que nous devons recourir à la légende pour nous rendre compte de la grande dévotion conservée pour le serviteur de Dieu dans la paroisse qui a l'honneur de porter son nom, Landeleau.

Saints protecteurs

  • Saint Fiacre et saint Jacques veillent respectivement sur les jardins et les marins. Sainte Barbe est la patronne des pompiers et de ceux qui manient les explosifs.

Saints guérisseurs

  • Saint Roch et saint Sébastien jadis invoqués en temps de peste,
  • Saint Mamert, quant à lui, soigne les maux de ventre,
  • Saint Yvertin les maux de tête,
  • Sainte Apolline les maux de dents,
  • Saint Méen les troubles de l'esprit.

Saints vétérinaires

  • Saint Comély ou saint Herbot pour les bovins,
  • Saint Gildas, saint Hervé, saint Eloi pour les chevaux,
  • Même les volailles ont leur saint : saint Ildut.

A la cathédrale Saint-Corentin de Quimper (Finistère), des personnes soucieuses de retrouver des objets perdus déposent des pains devant la statue de santik Du. Santik Du est aussi imploré pour faire le beau temps quand il pleut, sinon sa statue est alors tournée vers le mur.

Au Folgoët (Finistère), à l'occasion du grand pardon, le pélerin touche ou embrasse la statue de Notre-Dame de Folgoët en espérant voir ses voeux exaucés.

Autres articles du dossier Saints & processions

L'étendard de chaque paroisse...

La bannière est une sorte d'étendard chrétien qu'arbore chaque communauté paroissiale à l'occasion des processions. Elle représente sur une face le saint de la paroisse.

Qu'est-ce qu'une troménie ?

Les troménies sont des déambulations sacrées sur les pas du saint honoré. Toutes les troménies ont en commun plusieurs traits, dont la "circumambulation".

La troménie de Landeleau en 1905

articlebretagnetromenie_landeleau_1905img1.jpg
Le chanoine Peyron décrit ici la troménie de 1905. Récit surprenant de détails et de précisions.Découvrez tout de la procession de Landeleau glorifiant saint Théleau. Apprenez ainsi que les Bret...

Commentaires pour Saints bretons


En ligne 805 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le vendredi 23 juin 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN