mardi 17 octobre : Segal

SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

Mont-Saint-Michel

[...] A deux reprises, l'homme a changé sensiblement la vie du Mont. Une première fois, en 1879, une digue-route est réalisée pour desservir le rocher. Les ingénieurs, qui redoutent d'être en retard sur leur calendrier, renoncent à un tracé en courbe pour aller tout droit.

Le Couesnon, un des trois cours d'eau (avec la Sée et la Sélune) est piégé. Il est condamné à s'écouler vers l'ouest, vers la Bretagne (1). Il contribue à combler davantage encore la baie, favorisant un phénomène de poldérisation déjà encouragé aux XVIIIe et XIXe siècles, afin de gagner des terres cultivables.

Le pire se produit pourtant plus tard, dans les années 60 : un barrage est édifié sur le Couesnon. Canalisé, équipé de portes-à-flot, il est destiné à protéger Pontorson d'éventuelles inondations. Alors que certains rêvent de pédalos et d'activités nautiques sur le fleuve domestiqué, d'autres s'inquiètent des conséquences du barrage.

Le Mont est classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979 et sa baie (400 km²) depuis 1987. En proie à un très fort marnage -15 mètres entre haute et basse mers- elle se comble de sédiments.

« Comme toutes les baies », retient à l'évidence Jean-François Beaulincourt. Ingénieur du BTP, réalisateur du métro de Rennes, il est aujourd'hui en charge du dossier Mont-Saint-Michel.

Jusqu'à l'édification du barrage, le Couesnon déversait ses eaux dans la baie, chassant les sédiments vers le large. Le rapport de forces a changé : 700.000 mètres cubes, 25 hectares supplémentaires d'herbus sont apportés chaque année.

Trois millions de visiteurs

Le succès touristique du Mont a fait le reste. Image destructrice que celle de 15 hectares de parkings situés au pied des remparts. Au pire (juin), le Mont reçoit 10.000 à 12.000 visiteurs par jour, 20.000 les grands week-ends. A 30 ou 40 reprises, on atteint 30.000 personnes. « L'effet des 35 heures a fait passer de 95 à 110 les jours de pointe », rapporte Jean-François Beaulincourt qui estime encore qu'à un même moment 20.000 personnes peuvent se trouver agglutinées dans l'unique ruelle du Mont. Au total, plus de trois millions de visiteurs, dont 20 % d'étrangers.

[...]

(1) Le Mont-Saint-Michel a toujours appartenu au diocèse d'Avranches. Il a, par conséquent, toujours été normand.

Où aller ?

les autres articles

Combourg, berceau du romantisme

339A0B50-C830-11D3-9921009027CC68F4imag1.jpg
Au bord du lac Tranquille, Combourg dresse les tours de sa forteresse de gr...

Brocéliande

L'Office de Tourisme de Brocéliande vous accueille tous les jours de 10h à...

Pratique

Mont et « merveilles » à l'horizon
  • Le Mont-Saint-Michel compte 50 habitants. 20 personnes y résident à l’année et, parmi elles, des fonctionnaires (La Poste, policier municipal) et douze religieux. Depuis juin 2001, une communauté religieuse (Fraternité monastique de Jérusalem) s’y est, en effet, réinstallée. Elle comprend cinq moines sous l’autorité du Frère prieur François, la cinquantaine, plus sept moniales que dirige sœur Judith, 30 ans à peine, hier encore directrice de la communication du groupe Kenzo. 132 Montois figurent sur la liste électorale. Le conseil municipal se limite à neuf membres : le maire, deux adjoints, un adjoint délégué et cinq conseillers. Contrairement à une idée reçue, le Mont ne bénéficie pas d’un régime fiscal particulier. « Ce n’est pas Monaco », soupire le maire, Patrick Gaulois (divers droite).
  • Le Mont-Saint-Michel vit de l’accueil de ses trois millions de visiteurs annuels. Quand ils franchissent la porte de l’Avancée, quelque 50 restaurants, hôtels, musées, vendeurs de bimbeloterie les attendent de pied ferme. Du reste, l’activité commerciale du Mont débute sur le continent. En effet, l’extrémité sud de la digue appartient au territoire communal, tout comme 400 hectares poldérisés et exploités par deux agriculteurs. L’ensemble fournit «entre 600 et 1.000 emplois directs », générant, selon le maire, 5.000 emplois en Normandie. On dit ignorer sur place le volume financier ainsi dégagé. En 1999, une étude avait montré que le « panier » moyen d’un visiteur était de 100 F.
  • En 2042, la cote des fonds sera abaissée de 70 centimètres et 50 hectares auront été rendus à la mer. Le site aura, en réalité, rajeuni de quelques dizaines d’années.

Commentaires pour Mont-Saint-Michel

Il n'y a actuellement aucun commentaire pour Mont-Saint-Michel



En ligne 693 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le mardi 17 octobre 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN