mercredi 13 décembre : Judog

SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

Le sillon du Talbert, le plein de galets

Un phénomène exceptionnel, provenant de la dernière glaciation a donné lieu au sillon de Talbert ou du Talberg, l'étymologie de ce mot (Tal berz) signifiant front contre... la mer.

Pour les amateurs de pêche à pied ou les simples randonneurs, une promenade en ce lieu est l'occasion d'une véritable détente physique. Situé à la pointe de la Presqu'île Sauvage, le sillon de Talbert offre aux regards des amoureux de la nature, un paysage hors du commun

Entre le Trieux et le Jaudy

  • Cette flèche littorale serait le résultat de l'action conjuguée de deux courants marins entre Trieux et Jaudy. Mais une légende en propose une version beaucoup plus romantique : Le roi Arthur habitait, il y a quelques siècles le château de Kerduel. Un jour, au cours d'une randonnée équestre, il arriva sur la côte de Pleubian, d'où il aperçut la fée Morgane sur une roche. Mais ce pauvre mortel ne pouvait rejoindre l'élue de son c?ur car la mer formait un obstacle à cette idylle naissante.Morgane utilisa alors son pouvoir de fée. Elle prit un galet blanc qu'elle jeta dans la mer et qui devint aussitôt une roche. Répétant son geste autant de fois que nécessaire, elle a créé ainsi l'ossature du sillon, et les deux amoureux se rejoignirent sur la terre ferme.

Le royaume de la nature

Malheureusement, ce bras de terre d'une longueur de trois kilomètres connaît aujourd'hui de nombreux problèmes de solidité, dus notamment aux extractions abusives. Le sillon est fragile et les différentes tentatives d'enrochement, afin de le consolider, n'ont jamais apporté les résultats escomptés.

  • La nature et la mer reprennent toujours leurs droits. La promenade qui amène au bout de cette épée de galets en témoigne. Les tonnes de rochers apportés en renfort glissent petit à petit et semblent dérisoires face à l'étendue de la grande bleue. Seuls les oyats et les choux de mer semblent posséder un ascendant sur les millions de galets multicolores qui tracent le chemin. La mer, assourdissante, couvre même le bruit des tracteurs des goémoniers transportant le varech. Au loin, le phare des Héaux semble surveiller les allées et venues de ces machines qui ont remplacé les chevaux. A marée basse, de nombreux îlots se découvrent et un nouvel horizon se dessine, pour la plus grande joie des pêcheurs à pied, comblés par les multiples ressources de ce lieu magique.

Le charme des vieilles pierres

A proximité du « serpent » de galets, à Créach-Maout, sur les ruines du Sémaphore, une vue panoramique permet d'apercevoir l'estuaire du Jaudy, l'île de Bréhat et même la pointe de l'Arcouest. Les communes regroupées dans cette presqu'île possèdent toutes le charme désuet des vieilles pierres. Le patrimoine y est précieusement conservé. Grâce à un effort constant de rénovation, on peut admirer la magnifique chaire à prêcher du XVIe siècle, devant l'église de Pleubian, dont les sculptures représentent des scènes de la Passion; la chapelle Saint-Adrien, dans le village du même nom, ou encore celle de Kermassac'h datant du XVIe, restaurée récemment par quelques habitants de la commune. A travers les champs, un sentier conduit à un poste de guet. De cet endroit, le Trieux s'élargit pour atteindre les premiers rochers roses de l'île de Bréhat.

A Lézardrieux, avec son port de plaisance qui ne cesse de s'agrandir, son église et son pont suspendu reliant le Trégor au Goëlo, on bénéficie d'une vue superbe sur le Lédano à l'endroit où le Trieux forme une lagune.

Le moulin à mer de Traou-Meur

  • Le moulin à mer de Traou-Meur, en Pleudaniel, un des derniers du genre encore en excellent état, témoigne du passé et de l'activité des paysans depuis le XVIIe. Situé sur une petite anse du Trieux, il se dresse fièrement à côté d'un étang marin, près de l'ancienne maison du meunier et de ses dépendances. A marée basse, les roues du moulin fonctionnent encore et illustrent parfaitement les explications des actuels habitants de ce lieu. La visite commentée qui vous est proposée permet de connaître le fonctionnement de cette première usine à moudre le grain.
  • A Pleudaniel, prendre la direction du "Passage", sur la place. Au passage, prendre le chemin côtier, à droite sur la grève. Le moulin se trouve à 400 mètres. Entrée payante.
  • La petite commune de Lézardrieux possède de nombreux charmes qui méritent une halte. Son port deplaisance, dont la capacité d'accueil doit être doublée d'ici quelques mois, permet aux plaisanciers de rejoindre rapidement l'île de Bréhat, après avoir remonté l'estuaire du Trieux et ses rivages boisés.

Littoraux

les autres articles

Entre Iroise et abers, une terre....le Bout du Monde

Entre Iroise et abers, au confluent de la Manche et de l'Atlantique, là où...

Vue d'ensemble du littoral breton

Estuaires, baies, marais, dunes et falaises constituent autant d'habitat po...

Pratique

Un milieu très fragile

  • Fragilisé par des prélèvements pour la construction du Mur de l'Atlantique puis par des enrochements aux effets pervers, le sillon de Talbert, site unique en Europe, vient de faire l'objet d'une régénération naturelle, ce qui lui permettra de jouer son rôle de protection de la côte.
  • Attention en effet aux fausses bonnes idées de protection comme les enrochements effectués en 1974-75 sur 1,1 kilomètre puis, en 1982, sur 300 mètres. La solution miracle, pense-t-on alors, pour protéger le sillon qui commence à s'effriter et menace de se casser; au XVIIIe siècle, la flèche avait déjà perdu sa pointe,passant alors de 4,6 kilomètres à 3,3 kilomètres. Mais le remède se révèle pire que le mal.

Si les roches aident effectivement le sillon à s'enraciner, elles vont, en revanche, empêcher sa consolidation et sa régénération par la houle. C'est la houle qui apporte les galets : plus elle est musclée et plus le sillon se renforce, comme une dune. Or, muselée par les enrochements, elle ne va plus jouer son rôle. Résultat : les galets se détachent, le sillon s'élargit et la crête s'affaisse, au point que les marées de 95 le submergent. D'où l'idée de recharger le sillon en galets issus du broyage des enrochements. Une façon de faire d'une pierre-deux coups, le but étant d'accompagner le recul du sillon (*), tout en favorisant son rattachement à la côte.

Au-delà de la défense d'un patrimoine biologique intéressant (notamment d'un chou marin spécifique), le maintien du sillon est essentiel pour la protection des prés salés de l'anse de Mer Mélen et des maisons qui les bordent.

Plus généralement,il constitue une protection naturelle contre les tempêtes de secteur ouest pour tout le littoral de Pleubian à l'Ile de Bréhat.

* Les cartes du XVIIe siècle montrent que le sillon se situait à 300 mètres au nord-ouest.

Commentaires pour Sillon de Talbert

Il n'y a actuellement aucun commentaire pour Sillon de Talbert



En ligne 366 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le mercredi 13 décembre 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN