jeudi 19 octobre : Ezhbin

SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

Brasses du Bengale. Un pirate à la barre

Frissons. À Port-Louis, quand on pousse la porte des Brasses du Bengale, apparaît un squelette de femme. À la barre du bar se tient Ian.

Rencontre avec un pirate plus vrai que nature pour démarrer notre première série d'été consacrée aux cafés, troquets et autres bars insolites de Bretagne.

Foulard sur la tête, longue barbe grisonnante soigneusement entretenue, pistolet à poudre au ceinturon et tête de mort qui pend sur la poitrine: Ian ressemble à s'y méprendre au fameux Barbe Noire. Mais la comparaison avec le terrible Edward Teach s'arrête là. Le grand gaillard, à la carrure d'un Chabal, n'a rien d'un méchant. Au contraire. Cela fait maintenant vingt ans que Ian a débarqué en Bretagne en provenance de sa Cornouailles natale («La vraie», comme il dit, celle de la pointe sud-ouest de la Grande-Bretagne). Marin pêcheur sur un fileyeur anglais qui vendait sa pêche à Douarnenez (29), il a alors décidé d'y poser son sac. «C'était plus simple».

Dans le sang

Mais le boulot de marin pêcheur n'était pas vraiment la «cup of tea» de Ian. Alors, avec Christine, sa complice, il a décidé de mettre la main sur ce qui avait été, dans les années 80, le Thonier, un ancien bar au 35 de la Grande-Rue de Port-Louis. Vite fait bien fait l'abordage. C'était il y a six ans. «On est surtout tombé amoureux de la bâtisse», raconte Christine. Construite dans la première moitié du XVIIesiècle, elle a été habitée par d'anciens capitaines de vaisseau de la Compagnie des Indes. Ian ne pouvait évidemment rêver mieux pour satisfaire sa passion dévorante de la piraterie et la faire partager. «J'ai ça dans le sang, avoue-t-il. Un des derniers pendus pour pillage d'épaves, dans mon village, était un ancêtre». Impossible, en tout cas, en franchissant le seuil de la taverne, d'avoir un doute sur le dada du tavernier. Ici, la piraterie et les pirates imprègnent les lieux. Des pistolets et des grappins aux murs, des tonneaux en guise de table, un bar constitué d'éléments d'un vieux gréement... Et, au fond du jardin, une potence, au cas où...

Pirate écolo

Question à dix pièces d'or: pourquoi ce nom, les Brasses du Bengale? «C'est un lieu-dit dans le golfe du Bengale. Tous les navires qui sortent des ports passent par là pour attraper vents et courants. J'ai fait l'association avec la Compagnie des Indes qui était basée à Port-Louis», explique Ian. Forcément, ça tangue un peu certains soirs dans la taverne, surtout quand des musiciens font se lever les forbans et que s'entrechoquent verres et chopes. Mais juste ce qu'il faut pour passer un très bon moment. Le chef des pirates est là pour veiller au grain. Un pirate qui a aussi un petit côté écolo. Curieusement, Ian ne traverse pas les mers pour aller chercher à prix d'or des produits que l'on peut trouver en terre bretonne. Toutes les bières proposées sont du terroir et les vins, comme les jus de fruits, sont d'origine bio. L'un des moments les plus forts de la saison a lieu fin août avec la «Bordée à bâbord». Un rendez-vous qui prend chaque année un peu plus d'ampleur. La cinquième édition se tiendra les26, 27 et 28août. On annonce déjà des dizaines de pirates dans le bourg.

Un café une histoire

les autres articles

Le Troquet broc. Chiner entre deux cafés

À Riantec, le Troquet broc est à la fois bistrot et brocante. Plus brocante...

Le Café du coin... Historique et hystérique

Le Café du coin d'en bas de la rue du bout de la ville d'en face du port-La...

Pratique

Les Brasses du Bengale, 35 Grande-Rue, à Port-Louis.
Ouvert tous les jours, de 16 h 30 à 1 h et de 11 h à 14 h pendant les vacances.

Commentaires pour Brasses du Bengale

Il n'y a actuellement aucun commentaire pour Brasses du Bengale



En ligne 693 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le jeudi 19 octobre 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN