dimanche 22 octobre : Benead
Bretagne.com Immobilier Le marché Prêts immobiliers. Le flou persiste

SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

Prêts immobiliers. Le flou persiste

Pourra-t-on déduire les intérêts des prêts immobiliers contractés avant le 6 mai ? Non, si on s'en tient aux dernières déclarations du gouvernement qui avait bien du mal hier à clarifier une question-clé, pourtant au centre des promesses phare de Nicolas Sarkozy .

« La portée de la mesure sera limitée à l ' après-6 mai, on ne peut faire autrement » , a déclaré hier le Premier ministre François Fillon dans un entretien au Monde. Interrogé sur un éventuel « renoncement » , François Fillon a assuré au Monde : « Ce n ' est pas de notre fait. C ' est le Conseil constitutionnel qui nous l ' interdit » .
Formule ambigüe
Il a néanmoins indiqué dans une formule ambiguë que la ministre de l ' Economie Christine Lagarde proposerait vendredi en Conseil des ministres « un dispositif complémentaire qui élargira les incitations pour les acquéreurs d ' un logement » . Interrogés, Matignon et Bercy n ' ont pas souhaité préciser si ce dispositif concernerait seulement les nouveaux acquéreurs ou également des personnes ayant acheté leur logement avant l ' élection de Sarkozy. Les nouvelles incitations « seront d ' un coût équivalent » à celui du dispositif de rétroactivité censuré par les Sages, a simplement précisé François Fillon, soit quelque 7,7 milliards d ' euros sur cinq ans. A l ' origine, le gouvernement avait prévu un crédit d ' impôt égal à 20 % du montant des intérêts des emprunts payés pendant les cinq premières années pour les ménages achetant, ou ayant acheté depuis cinq ans, leur résidence principale. Cette déduction était plafonnée à 3.750 euros pour une personne seule, 7.500 pour un couple, et majorée de 500 euros par personne à charge. Mais le Conseil constitutionnel a estimé que l ' extension à des prêts déjà contractés, accueillie d ' ailleurs sans grand enthousiasme par les professionnels de l ' immobilier, créait une « rupture d ' égalité » entre contribuables et faisait supporter à l ' Etat un coût « hors de proportion avec l ' effet incitatif attendu » .
Sauver la promesse
Désireux de faire de la France « un pays de propriétaires » , Nicolas Sarkozy s ' était engagé à ce que la déductibilité des intérêts, mesure apparemment très populaire auprès des Français, s ' applique « à tous les emprunts immobiliers en cours » . Il avait même rappelé à l ' ordre deux de ses ministres, Eric Woerth (Budget) et Christine Boutin (Logement), qui avaient affirmé que la mesure ne s ' appliquerait qu ' aux ventes faites après le 6 mai 2007. Juste après la décision du Conseil constitutionnel, selon laquelle seuls les intérêts des emprunts contractés après l ' entrée en vigueur de la loi seraient déductibles, le gouvernement avait affiché sa volonté de trouver une solution pour sauver cette promesse du candidat Sarkozy. Réponse vendredi ?

Autres articles du dossier Le marché

Prêts immobiliers : Un cadeau fiscal qui séduit.

Ce devrait être l'une des premières mesures du prochain gouvernement : la déduction du revenu imposable des intérêts payés pour l'achat de la résidence principale. « Ce dispositif va dans le bon...

Le second marché

A Jersey, deux marchés immobiliers coexistent, facilitant l'accès à la propriété pour les résidents permanents.

Paquet fiscal. Censure du conseil constitutionnel

Le crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt immobilier, l'une des dispositions phare du paquet fiscal adopté le 1 e r août par le Parlement, ne concernera pas les prêts déjà accordés : le Consei...

Commentaires pour Prêts immobiliers. Le flou persiste

Il n'y a actuellement aucun commentaire pour Prêts immobiliers. Le flou persiste



En ligne 755 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le dimanche 22 octobre 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN