lundi 11 décembre : Deniel
Bretagne.com Immobilier Le marché Résidences secondaires. Un reflux en Bretagne

SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

Résidences secondaires. Un reflux en Bretagne

Les résidences secondaires bretonnes ont connu un retour en grâce durant la dernière décennie.

Leur nombre a augmenté de 34.000 sur la période 1999-2009. Un engouement qui semble aujourd'hui achevé.

Depuis le début de la crise immobilière, en 2008, les notaires constatent une nette baisse des ventes de résidences secondaires. Ce marasme s'est encore accentué voici sept mois, avec l'alourdissement de la taxe sur les plus-values résultant de la vente des logements non-principaux.

Seuls trouvent preneurs les biens d'exception et ceux dont les vendeurs consentent à baisser significativement le prix. Dans le même temps, les mises en chantier de maisons de vacances ont également chuté: par temps d'incertitude, ce qui est «secondaire» est moins prioritaire que jamais...

Comme en 1991

Les années 1990 avaient elles aussi été marquées par une désaffection des Français pour les résidences secondaires. Pour la première fois, leur nombre avait moins progressé que celui des résidences principales.

Après cinq ans de marasme, ce marché immobilier des vacances avait repris du poil de la bête.

Des millions qui ne sont pas secondaires

La décennie en cours connaîtra-t-elle un retour en force ? Beaucoup l'espèrent. La résidence secondaire est en effet une richesse pour une commune. Elle rapporte des taxes à la collectivité et elle contribue à l'économie locale. Une étude de la Cellule économique de Bretagne a établi que la construction de logements secondaires a représenté 124 millions d'euros en 2010 (soit 5% du chiffre d'affaires du logement neuf), tandis que le marché de l'entretien et de la rénovation injectait 167 millions dans le secteur (8% du marché breton).

En termes d'emplois directs, ces activités représentaient 3.100 équivalents temps plein. Sans compter les retombées commerciales, bien plus importantes.

Cinquième région de France

Avec 13,3% de logements à usage de résidence secondaire, la Bretagne est la cinquième région de France derrière la Corse(35%), le Languedoc-Roussillon (22%), Paca (17,3%) et la Basse-Normandie (15,8%). La moyenne française est de 9,6%.

Avec un taux de résidences secondaires de 19,2%, le Morbihan est le premier département breton devant les Côtes-d'Armor (16%), le Finistère (13,5%) et l'Ille-et-Vilaine (6,7%). La Bretagne-sud est quand même loin du record de France établi par les Hautes-Alpes à 46%.

Triangle d'or morbihannais

Dans le Morbihan, qui compte 34% des résidences secondaires de Bretagne, le littoral Auray-Quiberon-Golfe pèse à lui seul le quart des constructions de la région. C'est dans ce «triangle d'or» également que la chute a été la plus sensible en fin de période (moins 24% contre moins 11% pour l'ensemble de la Bretagne).

Tropisme côtier

80% des résidences de vacances se concentrent sur les communes littorales. Malgré l'augmentation enregistrée à l'intérieur des terres, cette concentration ne régresse pas: de 2001 à 2010, 80% des 17.900 mises en chantiers ont eu lieu sur la côte. Désormais, 21% des logements côtiers sont secondaires.

Le jardin des Anglais

Pour autant, le Centre-Bretagne tire assez bien son épingle du jeu. En valeur absolue, le nombre de résidences secondaires y est évidemment bien plus faible que sur le littoral. Mais elles représentent une proportion non négligeable dans ces petites communes à la démographie déclinante. C'est le fait principalement des Anglais qui apprécient les petits prix, mais aussi des enfants du pays qui, quoique devenus citadins, aiment à revenir dans l'ancienne demeure familiale.

Autres articles du dossier Le marché

Le second marché

A Jersey, deux marchés immobiliers coexistent, facilitant l'accès à la propriété pour les résidents permanents.

Immobilier. La flambée moins forte en Bretagne

Depuis six ans, les prix de l'immobilier n'ont cessé de grimper au point qu'ils ont globalement doublé dans la région. Pour autant, la Bretagne a plutôt mieux résisté que d'autres régions à cett...

Immobilier - en attendant l'accalmie

Les dernières statistiques des prix bretons de l'immobilier, établies au 1 e r juin, font état d'une hausse record de 15 à 20 % sur un an. La dernière flambée avant l'accalmie ? C'est ce qu'annon...

Commentaires pour Résidences secondaires. Un reflux en Bretagne


En ligne 240 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le lundi 11 décembre 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN