samedi 25 novembre : Katell
Bretagne.com Immobilier Un lieu une Histoire Crozon. Le mystère de la maison de fer

SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

Crozon. Le mystère de la maison de fer

Devant la plage de Morgat, à Crozon (29), se dresse une maison pas comme les autres.

C'est la villa Ker Ar Bruck. En tôle galvanisée, on l'appelle aussi la « villa Eiffel ».

Mais rien ne dit que le constructeur de la célèbre tour éponyme y soit pour quelque chose. Le mystère demeure...

C'est une belle maison blanche, plutôt discrète. Sur les hauteurs de Morgat, dissimulée derrière un énorme tronc d'arbre, elle s'amuse de tout ce que l'on raconte sur ses origines.

Ne comptez pas sur elle pour les dévoiler. La belle ne se mettra pas à nue. Le mystère qui enveloppe les plaques de tôle dont elle est faite lui va si bien. Et Michèle, sa propriétaire, en est, comme tout le monde, réduite aux hypothèses. L'histoire de cette demeure pas comme les autres commence dans les années 1890 quand Armand Peugeot convainc un ami rentier parisien d'acheter une parcelle de terrain pour y installer une maison métallique.

« Le principe de la maison en fer démontable aurait amusé l'industriel », se hasarde Michèle. Il en aurait sans doute vu un modèle à l'exposition universelle de 1889. Pour preuve, un ticket d'entrée à cette expo a été retrouvé dans la maison.

Aucune preuve

En fer, certes, mais, pour autant, s'agit-il d'une maison construite par le célèbre ingénieur ? Rien ne permet de le dire. Michèle, prudente, en convient : « Je n'ai aucune preuve qu'elle est bien l'oeuvre de Gustave Eiffel ». La seule certitude, c'est qu'elle est bien arrivée de Paris à Morgat en pièces détachées : par train jusqu'à Brest, puis, ensuite, par le bateau jusqu'au Fret et dans une charrette pour finir le voyage. « La petite-fille du charretier me l'a confirmé », assure la propriétaire.

La maison de Morgat, comme une autre à Poissy, dans les Yvelines, aurait été construite avec des matériaux de récupération d'un théâtre métallique qui avait été monté sous la Tour Eiffel. D'où, sans doute, ce nom de maison Eiffel. Mais plus sûrement sont-elles la réalisation d'un ingénieur belge du nom de Joseph Danly, lequel en aurait aussi montées pas mal en Amérique du Sud.

Dans son livre « Le rêve du Celte », qui a pour cadre l'Amazonie, Mario Vargas Llosa fait allusion plusieurs fois à ces maisons de fer. Il en parle également comme de constructions Eiffel. Mais comme on peut le lire sur son site, la Fondation d'entreprise de la société Eiffel reconnaît que la plupart des maisons de fer construites au Pérou ou au Mexique n'ont sans doute rien à voir avec le constructeur de la célèbre tour parisienne...

Un mythe tenace même outre-Atlantique

À l'époque, on avait sans doute un peu tendance à lui attribuer tout ce qui était en fer. Comme la Casa de Fierro, à Iquitos, au Pérou. « Ce véritable jeu de construction qu'est la Casa de Fierro, est un des exemples du système Danly.

Ces bâtiments ont généralement été importés de Belgique dans les années 1890 et on retrouve leur assemblage de panneaux d'acier dans de nombreux ouvrages du monde entier ». Mais rien n'y fait, là-bas aussi, de l'autre côté de l'Atlantique, le mythe Eiffel est tenace. Parce que c'est un atout touristique et que ces maisons lui doivent d'être encore debout. Comme en Amérique du Sud, quelque chose nous dit que le mystère n'a pas fini de planer au-dessus de la villa Ker Ar Bruck et son clocheton. Michèle en est assez convaincue. « On ne saura jamais », lâche-t-elle avec un petit sourire, comme si elle voulait décourager tous ceux qui ambitionneraient de le lever.

Après tout, c'est aussi ce mystère qui fait le charme de la bâtisse.

Classée et en vente pendant deux ans

Pour Michèle, cette maison restera avant tout ce cadeau que lui avait offert son père, en 1969. « Elle appartenait à une famille de l'Est de la France. Je la connaissais bien, j'y jouais avec mes copines pendant les vacances. Personne n'en voulait. Elle est restée en vente deux ans ». Classée à l'inventaire des Monuments historiques, la villa de fer fait, bien sûr, l'objet de toutes les attentions de sa propriétaire.

Un lieu une Histoire

les autres articles

Saint-Brieuc. Les trésors de Louis Guilloux

Au paradis des écrivains, Louis Guilloux est heureux : 33 ans après sa mort...

Belle-Ile-en-Mer. Refuge de Sarah Bernhardt

Notre série sur les demeures qui ont conservé leur âme nous mène, aujourd'h...

Pratique

Retrouvez notre rubrique "Un lieu Un Histoire" dans nos pages Immobilier et sur notre forum ou sur Facebook.

Commentaires pour Crozon. Le mystère de la maison de fer


En ligne 630 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le samedi 25 novembre 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN