SORTIES en Bretagne

VACANCES en Bretagne

METEO en Bretagne

PARTAGEZ votre Bretagne

FORUM derniers posts

Le phare d’Eckmühl

Eckmühl est un petit village de Bavière où l'armée napoléonienne remporta, en 1822, une victoire qui valut au maréchal Louis Nicolas Davout, commandant des troupes, le titre de Prince d'Eckmühl.

Il faudra patienter 70 ans et Madame Adélaïde-Louise Davout d'Eckmühl -fille du maréchal précédemment cité- pour que ce nom parvienne à la pointe du Finistère.

  • Le 7 octobre 1892, à sa mort, la dame, dite marquise de Blocqueville, a laissé derrière elle un testament rédigé en ces termes : « Ma première et ma plus chère volonté est qu'il soit élevé un phare sur un point dangereux des côtes de France, non miné par la mer. Mon vieil ami, le baron Baude, m'a souvent dit que bien des anses des côtes bretonnes restaient obscures et dangereuses. J'aimerais que le phare d'Eckmühl fût élevé là : mais sur quelque terrain solide, granitique, car je veux que ce noble nom demeure longtemps béni. Les larmes versées par la fatalité des guerres, que je redoute et déteste plus que jamais, seront ainsi rachetées par les vies sauvées de la tempête »

Un million d'euros d'aujourd'hui

  • A la clé de ce testament, une somme extraordinaire de 300.000 francs remise à l'Etat français, soit presque un million d'euros d'aujourd'hui. Juste de quoi compléter les frais de construction du phare de Penmarc'h qui en coûta plus du double.

Remarquable par sa double lentille de Fresnel et son escalier de granit en colimaçon, on y découvre, au bout de 307 marches, après avoir longé les murs couverts d'opaline, son feu brillant depuis 1897.

Autres articles du dossier Phares

Le phare de Kéréon

Le 22 janvier 2005, Kéréon a connu ses dernières heures de phare habité avec l’ultime relève. Il entraîne avec lui un pan de l’histoire des phares.

Le phare du Créac’h

« L’établissement d’un second phare à l’extrémité d’Ouessant permettrait de reconnaître sans confusion possible les deux points par lesquels on peut doubler l’île ».

Le phare de Nividic

« Un record du monde du génie français » : c’est en ces termes que fut accueilli, par la presse, le phare de Nividic, en 1936.

Commentaires pour Eckmühl


En ligne 393 visiteurs / 0 membre - Mis à jour le jeudi 14 décembre 2017

Crédits : Réalisation Le Studio T sous eZ publish

Photo (panoramique fond de page) : Photographe Christophe ALLAIN