Saint-Anne d'Auray. L'Auberg'ine

Saint-Anne d'Auray. L'Auberg'ine
Photo Véronique Le Bagousse

Chez Sandrine et Nicolas Legrand, la restauration est une véritable histoire de famille. Les parents de Sandrine, Jean-Luc et Françoise Larvoir ont tenu de longues années L’auberge… Une véritable institution à Sainte-Anne d’Auray, avant de passer le relais à Claire et Julien Doupeux, sa sœur et son beau-frère… Nicolas, lui, a également fait ses armes dans les cuisines de son beau-père avant de voler de ses propres ailes, il y a six ans. En créant L’Auberg’ine…, clin d’œil à « L’auberge » mais aussi au légume du même nom, le jeune couple a voulu garder un esprit bistrot et convivial. Depuis deux ans, ils ont quitté leur restaurant place de la Mairie pour venir s’installer en face de la basilique. Plus d’espace, une décoration insolite imaginée par Sandrine, un coin dédié aux vins fins et une ardoise avec les inspirations du jour… Le décor est planté. 

Fraîcheur et produits de saison

Dans l’assiette, c’est frais et varié. L’Auberg’ine propose une cuisine gastronomique qui marie avec bonheur l’amour des produits de qualité et la passion du vin, spécialité familiale, développée par Sandrine, œnologue de formation. «Nous présentons une sélection de qualité pour accompagner tous les plats de la meilleure façon, avec des bouteilles allant de 16 à 99 ¤ et dont le cœur se situe en dessous de 30 € », assure la jeune femme. 

Côté plats, les produits locaux et de saison sont toujours mis en valeur avec élégance et simplicité. « Nous voulons offrir à notre clientèle une cuisine bistronomique et familiale, notamment le dimanche où nous n’avons qu’un plat uniqu e», ajoute le restaurateur. Si l’aubergine est bien entendu à l’honneur l’été, l’hiver c’est l’œuf en meurette qui a la cote. Au menu, chaque jour de la semaine, on trouve, au choix, trois entrées, deux plats un poisson ou une viande et trois desserts. Pour apporter une touche d’originalité, le chef n’hésite pas à mélanger des saveurs improbables qui fonctionnement parfaitement comme du chou-fleur et de la cacahuète ! 

Et si l’on veut prolonger son séjour, on peut s’installer dans l’une des 34 chambres de L’Ostaleri (l’hôtel en breton) pour une nuit étape ou un peu plus.

L’Auberg’ine

8, rue de Vannes. 56400 Sainte-Anne-d’Auray. 02.97.31.37.19. contact@laubergine.fr

Entrée-plat-dessert, 19 € ; entrée-plat ou plat-dessert, 16 € ; plat du jour (poisson ou viande au choix), 12 € ; vendredi et samedi soir à la carte et menu du dimanche, 22 €.

uvert midi et soir, sauf le dimanche soir et le mercredi. Fermé jusqu’au 8 novembre inclus.

Contenus sponsorisés