Les trois marins de Groix

Les trois marins de Groix

«Les trois marins de Groix» date de la fin du XVIIIe siècle / du début du XIXe siècle. L'auteur inconnu décrit le retour au port d'un frêle navire groisillon: le Saint-François. Face à un vent violent, l'équipage peine à naviguer. Soudain, Jean-Pierre, un des trois matelots, disparaît sous l'agitation marine. Emporté par les vagues, il ne sera jamais retrouvé, laissant derrière lui femme et enfants. Ce chant marin et son tempo ponctué de temps forts ont convaincu bon nombre de matelots, rythmant leur cadence. Il a même été intégré au répertoire des chansons à ramer de la Marine à voile !

Publié le 27/06/2019
A- A+

Nous étions deux, nous étions trois (Bis) 
Nous étions trois marins de Groix, 
Lanladérira la la la, 
Lanladérira lalaire. 


Embarqués sur le Saint-François (Bis) 
Mon matelot, le mouss' et moi, 
Lanladérira la la la, 
Lanladérira lalaire. 


Grain de Noroît vint à venter. (Bis) 
A prendre un ris dans les huniers, 
Lanladérira la la la, 
Lanladérira lalaire. 


" Jean-Pierre, dis-je, matelot, (Bis) 
A serre d'la toil' qu'il nous faut, 
Lanladérira la la la, 
Lanladérira lalaire. 


Ce failli temps mollira pas, (Bis) 
Je prends la barre, vas-y mon gars. " 
Lanladérira la la la,
Lanladérira lalaire,

S’en est monté pour prendre un ris (Bis)
Un paquet d’mer l’aura surpris…
Lanladérira la la la,
Lanladérira lalaire.

On n’a r’trouvé que son chapeau (Bis)
Son garde pip’ et son couteau
Lanladérira la la la,
Lanladérira lalaire.

Plaignez mon pauvre matelot (Bis)
Sa femme et ses trois petiots
Montradérira la la la,
Montradérira lalaire.

Les trois marins de Groix

 

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Les chants marins
Contenus sponsorisés