Printemps des sonneurs: Belle éclaircie pour 500 sonneurs

Printemps des sonneurs: Belle éclaircie pour 500 sonneurs

À 14 h 30 hier, la pluie étant de sortie, on ne donnait pas cher, hier, du Printemps des sonneurs. À 15 h 30, heure du départ prévu de la place Saint-Martin, le fond de l'air était encore très humide, mais en voie de pacification. Un quart d'heure plus tard, la Kevrenn Saint-Marc, qui fête cette année ses soixante ans, s'est lancé la première. La pluie avait désarmé et a eu la sagesse de rester au repos. Les bagadoù ont pu descendre la rue Jean-Jaurès, applaudis par le public, nombreux sur les trottoirs. Quinze bagads ont défilé, représentant cinq cents musiciens. Seize formations se sont produites au total, ici ou là, en comptant le bagadig de la Kevrenn. Le Triomphe, à 18 h 30, place de la Liberté, s'est fait sur « Deut mat oc'h Ian » (Tiens bon, Ian), un morceau composé par un ancien de la Kevrenn.

Publié le 24/05/2018
A- A+

« On a n'a pas honte de jouer de la bombarde et de la cornemuse à Brest » expliquait Gilles Troel, de la Kevrenn Saint-Marc, visiblement content de ce rendez-vous avec la ville et la population, le dixième du genre.

Champ élargi

Une manifestation qui donne l'occasion à des formations diverses de se voir, sans enjeux, hors aussi de la période estivale, et qui est gratuite pour le public. La Kevrenn (90 adhérents), qui a arrêté les concours depuis 1976, après avoir été à plusieurs reprises championne de Bretagne, a souhaité alors élargir son son champ, utilisant aussi aujourd'hui des instruments comme la guitare basse, la guitare électrique, le clavier. « Nous sommes un des rares groupes à confier des morceaux à des compositeurs, avons plusieurs types d'influence de musiques, nous sommes ' super touche à tout' » ajoute Gilles Troel.

Gris, bleu, rouge

La Kevrenn, qui, dans son nouveau programme, a renouvelé son répertoire à 75%, en dévoilera tous les détails le 26 juillet prochain, lors d'un Jeudi du port. E un jour près, ce sera les 60 ans de l'explosion en rade du navire Ocean Liberty, qui avait donné lieu à la naissance de la Kevrenn, pour venir en aide aux victimes. Hier, la formation a joué plusieurs morceaux, dont trois avec Melaine Favennec. Le premier, « Brest m'aime », est une complainte, avec soliste et batterie. « Lament for my sister» commence, elle, par du pibroc'h, suivi par une gigue aux consonances africaines. Enfin, « Couleurs Brest » puise dans trois coloris, le gris, plutôt pour le temps, voire la ville ; le bleu, pour la mer, et le rouge, pour la fête. Ce sont aussi les couleurs de la Kevrenn. Ce qui tombe bien....

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Musique et danse bretonne
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Contenus sponsorisés