Breton : Au pays des Plou et des Lan ...

Breton : Au pays des Plou et des Lan ...

« Landunvez, Landudec, Landudal... Ploërmel, Plouharnel, Ploemel... C'est quel village que l'on cherche, déjà ? ». OK. Avouons-le : la carte de Bretagne est parfois déroutante lorsqu'on la regarde pour la première fois...

Entre Plomeur et Ploemeur, il n'y a qu'un « e » de différence. Mais 90 km d'écart. Idem entre Plougastel et Plogastel. Avec son célèbre « Ploumazout et Trégasoil », Coluche avait bien résumé la situation : le touriste, en Bretagne, perd facilement son chemin. Et son latin. Ou plutôt son breton. Car c'est cette langue qui en est la cause.

« Plou » dans le nord « Plo » dans le sud

Pourtant, les choses ne sont pas si compliquées que cela : « Plou » (et ses variantes en plo, plé, pleu...) vous rappelle ainsi que vous cherchez une paroisse. La suite du nom vous renseigne sur la dite paroisse : plo-meur (paroisse grande), plougastel (paroisse avec un château, pas forcément médiéval, par ailleurs). Toujours bon à savoir, même si cela ne facilite pas la lecture de la carte routière. Un point, toutefois, devrait vous aider : un « plou » se trouve dans le nord de la Bretagne, et un « plo » dans le sud (à trois exceptions près : Plouhinec, Plougoumelen et Plouharnel).

Vous trouverez aussi sur votre route un certain nombre de Loc : Ils indiquent un lieu consacré : Mathieu (Locmazé), Malo (Locmalo), Gwénolé (Locquénolé). L'occasion de revoir votre histoire de l'évangélisation de l'Armorique.

C'est également le cas pour un bon nombre de « lan ». Ils sont souvent la marque d'un endroit consacré à un saint : Tudal (Landudal), Hervé (Lanhouarneau), Telo (Landeleau), Gwiziau ou Tiviziau (Landivisiau)... L'affaire se complique lorsque le saint est honoré un peu partout, comme Paul. « C'est quel Lampaul que vous cherchez : Lampaul-Guimiliau, Lampaul-Plouarzel, Lampaul-Ploudalmézeau, ou le bourg de Lampaul à Ouessant ? ». A noter que ce toponyme celte est aussi présent au Pays de Galles (Landeleau et Langolin y ont leurs soeurs jumelles).

Apprenez à vous repérer en Bretagne, et vous pourrez vous rendre chez les cousins gallois, où la lecture de la carte routière est autrement plus déroutante qu'ici. Non, mais !