Gérard de Nerval

Gérard de Nerval

Un grand talent, un érudit que la folie finit par abattre, après une vie de voyages à l'étranger et aussi à Champeau, Rennes et Vitré.

Publié le 19/06/2018
A- A+

1833. De la Bretagne, Gérard Labrunie, dt Gérard de Nerval, ne connaît que la région de Champeaux, Rennes et Vitré. Il en aime la campagne à l'automne, quand les « grands arbres des montagnes se baignent dans des lointains violets... » De ce voyage en Argoat naît un roman-feuilleton, « Le Marquis de Fayolle ». On y raconte des histoires de Chouans.Les voyages, les « ailleurs » nourrissent l'oeuvre romantique de Gérard de Nerval : l'Italie, l'Orient, l'Allemagne traduisent autant le désir de fuir des amours impossibles -« l'horrible réalité »- que sa sympathie pour des contrées dont il parle parfois la langue.

A la manière de Perros

Les vastes poches de sa redingote élimée débordent alors d'un monde de petits papiers où il écrit, d'une écriture fine et serrée, les idées qui viennent à lui au fil des longues promenades.

Gérard est un érudit : « Jamais voûte mieux arrondie, plus noble et plus vaste ne fut préparée par la nature pour la pensée humaine », dit de lui Théophile Gautier, son ami, « et cependant les idées y bourdonnèrent si nombreuses, tant de connaissances et de systèmes s'y logèrent, tant de théologies, de philosophies et d'esthétiques y prirent place, que ce panthéon devint un capharnaüm et que la coupole se fêla. »

La folie veille

En 1841, sa raison se déchire une première fois. Un trouble grave apparaît que ne cache plus son exaltation habituelle. Les bizarreries se multiplient, des soins deviennent nécessaires.

 Aux premières lueurs de l'aube, le 26 janvier 1855, on le retrouve pendu aux grilles d'un soupirail, un corbeau noir auprès de lui qui semble croasser comme celui d'Edgar Poe : Never ! Oh ! Never More...

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : La littérature bretonne
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Bretagne.com
Contenus sponsorisés