Louis-Ferdinand Céline

Louis-Ferdinand Céline

Céline a séjourné à Quimper, Saint-Malo, Dinard et Rennes dans les années vingt.

1932. L'éditeur Denoël publie 'Voyage au bout de la nuit', signé de Louis-Ferdinand Céline. A défaut du Goncourt, le livre obtient le Renaudot. Il assure à son auteur une notoriété immédiate. Sa véritable identité est aussitôt révélée par la presse.

L'écrivain s'appelle en réalité Louis-Ferdinand-Auguste Destouches, né à Courbevoie le 27 mai 1894, de Fernand Destouches et de Marguerite Guillou. Louis Destouches a choisi le pseudonyme de Louis-Ferdinand Céline du prénom de Céline Guillou, sa grand-mère bretonne.

Très attaché à sa grand-mère...

Dès 1929, Louis Destouches, que l'envie d'écrire taraude, fait une rencontre déterminante à Paris : celle de Henri Mahé, d'origine bretonne, peintre-décorateur de bordels, de bars chauds. Celui-ci introduit Céline dans le monde artistique et littéraire mais aussi dans le « milieu » (Pierre Merle, les Paradoxes du talent, les Essentiels Milan). Destouches dispose là des matériaux avec lesquels il s'embarque dans son Voyage.

La relation de Céline avec la Bretagne a débuté par un premier mariage à Quintin (22). Il séjourne ensuite à Quimper, Saint-Malo, Dinard et surtout Rennes dans les années vingt puis trente, voire en 1943, année où il côtoie l'architecte nationaliste Olier Mordrel et l'oberscharführer Hans Grimm, chargé des contacts avec les autonomistes.

Céline, auteur par ailleurs de pamphlets antisémites qui lui vaudront onze mois de prison au Danemark, où il s'est réfugié en 1945, laisse cependant la marque d'un auteur majeur du XXe siècle.

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : La littérature bretonne
Contenus sponsorisés