Audierne par Lemordant

Audierne par Lemordant

D'origine malouine, Jean-Julien Lemordant (1878-1968) étudie la peinture à Rennes puis à Paris, à l'atelier Bonnat. Il ira ensuite sur les traces de Gauguin à Pont-Aven puis à Doëlan, avant de s'installer à Penmarch.

Publié le 24/05/2018
A- A+

Tirant profit des recherches de l'école de Pont-Aven et des fauves, Jean-Julien Lemordant invente son propre langage pictural, fait de mouvement, de force et de couleur. A l'âge de 26 ans, le jeune peintre peu connu reçoit sa première commande importante.

Le propriétaire de l'hôtel de l'Epée, à Quimper, lui demande en effet de décorer la grande salle à manger. Le décor, peint entre 1905 et 1909, est de 60 m² et est présenté dans son ensemble depuis la rénovation du Musée des Beaux-Arts de Quimper, en 1993. Auparavant, par manque de place, seul « Contre le vent », l'un des panneaux les plus impressionnants, pouvait être montré au public. Il représente des Bigoudens et Bigoudènes marchant sur le sable le long de la baie d'Audierne, sans doute pour se rendre au pardon de Saint-Vio ou celui de Tronoën.

Influencé par Charles Cottet qu'il admirait beaucoup, Lemordant a voulu évoquer de manière synthétique la vie du peuple bigouden.

Une grande notoriété puis la guerre

Ce décor a eu, à l'époque, un succès considérable autant auprès des Bretons qu'à Paris et a contribué à la grande notoriété du peintre. En 1913, on lui demande ainsi de décorer le plafond du théâtre de Rennes, avant que la guerre ne vienne bouleverser sa carrière. Du statut de jeune peintre prometteur, Lemordant passe à celui de victime de guerre récupérée par les militaires et les politiques.

Blessé plusieurs fois puis fait prisonnier par les Allemand, Lemordant est devenu aveugle : il retrouvera la vue 50 ans plus tard, après une trentaine d'opérations. Mais, comme le souligne, André Cariou, conservateur du Musée des Beaux-Arts, il n'est pas facile de démêler la légende de la réalité.

Jusqu'à quel point et à quels moments Lemordant a simulé la cécité et quelles sont les oeuvres réalisées en cachette par le peintre aveugle ? Nul ne sait.

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Les peintres bretons
Contenus sponsorisés