Les paysages de Pelouse

Les paysages de Pelouse

Dix ans avant l'arrivée de Gauguin, Léon-Germain Pelouse (1838-1891) est l'un des promoteurs de Pont-Aven. Plus tard, il découvre Rochefort-en-Terre. Cet artiste, né à Pierrelaye, dans la région parisienne, a peint de nombreux paysages bretons.

Publié le 24/05/2018
A- A+

Ses parents voulaient qu’il soit commis voyageur mais la passion de Léon-Germain Pelouse pour la peinture a fini par l’emporter.

Inspiré par Corot et Daubigny

A 27 ans, sans avoir suivi aucune école, aucun atelier, il se lance dans la peinture de paysages. Influencé par Corot et Daubigny, Pelouse envoie un premier tableau au Salon, en 1865. Ereinté par la critique, il ne se décourage pas et le succès arrive. Il effectue plusieurs séjours en Bretagne, en 1867 et 1868.

Pelouse est l'un de ceux qui font alors la vogue du sujet breton. Ses pas le mènent à nouveau en Bretagne en 1876 et 1877, cette fois à Pont-Aven puis à nouveau en 1882, dans le Morbihan, où il découvre Rochefort-en-Terre.

Héritier de l'Ecole de Barbizon, sa façon virtuose lui valut une grande célébrité. Alors qu'il était incompris par la critique, le Musée de Brest, en 1892, avait acheté « Un douet en Bretagne » peu après la mort du peintre, lors d'une grande exposition rétrospective de 250 toiles. Mais, cette oeuvre a disparu sous les bombes de 1941 qui ont détruit le musée.

« Bancs de rochers à Concarneau », peint en 1880, est venu enrichir la collection brestoise en 1987. Dans cette toile, travaillée pour être exposée au Salon, Léon-Germain Pelouse abandonne le pittoresque pour une description austère de l'estran dans des couleurs sombres.

Une manière audacieuse qui tranchait avec sa façon habituelle et qui n’a pas été comprise à l'époque par la critique.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés