Pierre Cadre, l'exotique

Pierre Cadre, l'exotique

Si « Le débarquement de Madame de Sévigné à Lorient » est un fait historique, le port peint par Pierre Cadre (1884-1972) est le fruit de son imagination. L'artiste pontyvien fait revivre le temps d'une toile le mythe coloré et exotique de la Compagnie des Indes.

Le 11 août 1689, la marquise de Sévigné débarquait à Lorient, en provenance de Port-Louis. Elle écrit à sa fille, Mme de Grignan : « Nous allâmes le lendemain (...) dans un lieu qu'on appelle l'Orient, à une lieue dans la mer; c'est là qu'on reçoit les marchands et les marchandises qui viennent d'Orient... ».

Accueillie par Claude Ceberet du Boullay, le directeur de la Compagnie des Indes à Lorient, elle poursuit : « Nous vîmes bien des marchandises, des porcelaines et des étoffes : cela plaît assez ». Un fait historique qui a inspiré Pierre Cadre lorsque, en 1931, il propose ce tableau comme maquette à une fresque murale de 40 m², prévue dans le hall d'honneur de la toute nouvelle chambre de Commerce et d'Industrie du Morbihan, à Lorient (fresque toujours visible actuellement dans les locaux de la CCI).

Fidèle à Pontivy

Pierre Cadre, fils d'un maître tailleur de Pontivy, débutera sa carrière grâce à l'aide de la municipalité qui, en 1903, lui offre une bourse pour s'inscrire aux Beaux-Arts à Paris. Peintre de la Bretagne, il exposera dès 1911 au Salon des artistes français. Malgré une installation à Belle-Ile, après la Première Guerre mondiale, il produira pour sa ville de naissance, Pontivy, de nombreuses oeuvres toujours visibles actuellement.

En 1934, il réalise ainsi une fresque murale de 70 m², dans la grande salle du théâtre, actuellement cinéma Rex. En 1964, à 80 ans, il décorera également la salle du conseil municipal de Pontivy.

Lorient détruit et la Compagnie des Indes sont aussi deux de ses sujets de prédilection.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés