Quiberon séduit Jules Noël

Quiberon séduit Jules Noël

Les paysages, vues portuaires et urbaines de Bretagne ont largement inspiré Jules Noël. Il évolue entre un réalisme sage et des effets de lumière parfois proches des impressionnistes, dans un style relativement déroutant. Déjà remarqué par Baudelaire à l’époque, il continue aujourd'hui à séduire de nombreux amateurs.

Publié le 24/05/2018
A- A+

De père Lorrain et de mère Bretonne, Louis Assez, dit Jules, est né à Nancy et non à Quimper, comme une tradition le voudrait. Sa formation, à Brest, et ses débuts de professeur de dessin se situent en Bretagne, à Saint-Pol-de-Léon, à Lorient puis à Nantes. Mais, de 1847 jusqu’à sa retraite, en 1879, il enseigne à Paris et profite des vacances pour voyager en Normandie et surtout en Bretagne.

Production abondante

Sa production est abondante et ses amateurs nombreux. Il expose régulièrement à Paris, sans jamais être vraiment remarqué par la critique (sauf par Baudelaire qui loue un paysage oriental mais son voyage en Orient est rien moins que certain). Ses paysages sont très variés : beaucoup de vues portuaires, mais aussi des vues urbaines, des panoramas dégagés ou des compositions où l’arbre domine.

Un style déroutant

Son style est des plus déroutants. On ne peut y dégager une évolution quelconque : tantôt un réalisme sage, parent de celui des marinistes officiels ou des maîtres du paysage traditionnel, tantôt des affinités stylistiques avec Eugène Isabey, tantôt une facture légère et papillotante, attentive aux effets de lumière parfois proches de celle des impressionnistes, tantôt encore un pittoresque échevelé, dont  « Le port de Brest », conservé dans cette ville et « Une rue à Morlaix » en 1830 du Musée des Beaux-Arts de Quimper témoignent.

C’est aussi un remarquable aquarelliste. Le Musée des Beaux-Arts de Quimper conserve, outre une vue de Brest, des pochades et un carnet de dessins.

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Les peintres bretons
Contenus sponsorisés