Le costume breton, véritable carte d'identité

Le costume breton, véritable carte d'identité

A chaque pays son costume. A chaque costume son statut social. Il suffit donc de tourner autour d'une jeune fille pour tout savoir du patrimoine familial...

Au départ, la Bretagne est divisée en deux zones distinctes : la Basse-Bretagne, où l'on parle le breton, et la Haute-Bretagne, où l'on parle le gallo. Puis ces zones sont découpées en pays (bro), chacun se distinguant par son costume.

En Bretagne l'habit fait le moine

« Au XIXe siècle, le costume a pris une très grande importance. Il est l'objet de la reconnaissance sociale. A regarder quelqu'un, on sait tout de suite d'où il vient et, si l'on détaille son costume, on se fait tout de suite une idée de sa fortune ou de sa richesse, d'où l'expression « tourner autour d'une fille ».

Les musiciens stars de l'époque

Naturellement, la danse se faisait au son de la musique. Les instruments étaient ceux d'aujourd'hui : binious ou cornemuses, bombardes, clarinettes et violons. Les sonneurs étaient les vedettes des manifestations dans lesquelles ils se produisaient (mariages, pardons et grandstravaux à la ferme). Leur notoriété se mesurait à l'épaisseur des galons de velours sur leur chapeau.

A noter aussi l'importance du chant, qui est typique du folklore breton.

Contenus sponsorisés