Jacques Cambry un des pères de l'ethnologie

Jacques Cambry un des pères de l'ethnologie

Depuis hier et jusqu'à ce soir, Quimperlé est au coeur de l'Histoire bretonne. En effet, le lycée de Kerneuzec accueille un colloque international consacré à Jacques Cambry, une référence pour tous les ethnologues. Un érudit qui, à la fin du XVIII e a laissé un précieux ouvrage sur le Finistère. Le fruit de ses périgrénations dans la région en tant qu'administrateur du département pour le compte du gouvernement révolutionnaire. On découvre dans ces lignes, des descriptions très détaillées de la vie quotidienne des Bretons et des villes qu'il a traversées.

Les spécialistes d'histoire bretonne ont tous en tête un passionnant ouvrage écrit par Jacques Cambry au début du XIX e siècle : « Voyage dans le Finistère en 1794 et 1795 ». Cet écrit a fait de Jacques Cambry un des pères de l'ethnologie. Il est mort en 1807, et le 200 e anniversaire de son décès était une occasion rêvée : la Société d'Histoire du pays de Quimperlé a donc pris langue avec le Centre de recherche bretonne et celtique de Brest, émanation de l'Université, pour organiser un colloque.

Président du district

Mais pourquoi à Quimperlé ? Tout simplement parce que notre homme, né à Lorient d'un père armateur, s'est installé dans cette ville en 1793, après quelques voyages lointains, et fut notamment, sous la Terreur, membre du Comité de surveillance de Quimperlé, puis président du district. Il habitera notamment dans les manoirs de Keransquer, du Quillio et du Lézardeau, et achètera des biens nationaux comme les presbytères de Lothéa et de Tréméven. C'est en tant qu'administrateur du département du Finistère qu'il rédigera le « Catalogue des objets échappés au vandalisme » (à ses yeux, le « vandalisme » des chouans, bien sûr), puis son fameux « Voyage dans le Finistère ». Il deviendra ensuite préfet de l'Oise en 1800. C'était un homme de la Révolution, adepte de la Raison suprême, mais sa personnalité était plus complexe qu'on ne pourrait le penser : le girondin est devenu un moment très jacobin. Il est intéressant de noter qu'en 1805, il participa à la fondation de l'Académie celtique.

Nombreuses interventions

Bref, il y a beaucoup de choses à dire sur ce personnage, et de nombreuses interventions émaillent ces deux jours de colloque qui ont débuté hier matin. On y parle des traditions populaires évoquées par Cambry, de sa parenté éventuelle avec Walter Scott, ou encore de ses références... à la Suisse. Les universitaires invités viennent d'un peu partout. Même du Royaume Uni et du pays des Helvètes.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés