Poilus oubliés : La victoire des lycéens

Poilus oubliés : La victoire des lycéens

On les avait oubliés. Grâce à la demande d'une vingtaine de lycéens, fin avril, huit poilus auront leur nom inscrit sur le monument aux morts de Lamballe. Retour sur un beau combat.

A vrai dire, « avant », ils n'avaient jamais vraiment porté attention aux monuments aux morts. De même, quand Pierre Le Buhan, leur professeur d'histoire au lycée Henri-Avril de Lamballe, leur propose de travailler sur la Guerre de 14, Yann, Fabien, Nicolas, Régis, Jérémie, Ronan, Ludovic et leurs copains de Bac pro « machinisme agricole » avouent ne pas avoir manifesté un enthousiasme délirant. Mais tout change après un voyage à Verdun.

L'enfer

« C'est fou. Cent ans après, c'est encore terriblement émouvant. Le sol est toujours marqué par les pilonnages de l'artillerie... Ca devait être l'enfer. En plus, quand on y est passé, il tombait de la neige fondue, il y avait du vent, un froid de canard. On imagine le calvaire de ces pauvres soldats qui avaient notre âge, dans le froid et la terreur permanente... » Un véritable électrochoc. « On a eu le déclic », confessent les jeunes qui, du coup, se lancent activement dans les recherches. « Au début, on s'est intéressé à nos ancêtres. On s'est rendu compte qu'on avait tous eu des combattants de 14-18 dans nos familles. On s'est piqué au jeu et on a élargi nos investigations ».

Oubliés !

La mairie, la bibliothèque puis les archives départementales reçoivent leur visite. Mais les lycéens veulent en savoir plus. « Ce n'était pas facile ; ils ont eu une vraie démarche d'historiens », commente, avec fierté, leur professeur. Sur Internet, ils découvrent une véritable mine d'or : le site Mémoire des Hommes, du ministère de la Défense, avec plus d'un million de fiches (

www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr). Des fiches qui apportent une belle surprise : huit poilus lamballais ne figurent pas sur le monument aux morts ! Célibataires ou orphelins, pour la plupart, ils ont tout bonnement été oubliés. Une injustice que les lycéens voulaient réparer : ils ont obtenu de la municipalité de Lamballe l'inscription des noms sur le monument ; ce sera fait pour le prochain 11-Novembre (Le Télégramme du 27 avril).

Une tranchée au lycée

« Question d'honneur et de reconnaissance, même tardive », précisent-ils. « C'est important, aussi, de ne pas oublier que la paix est fragile et que tout peut recommencer. On a des exemples avec l'Irak, en Afrique... Aujourd'hui, ce serait encore pire, avec les armes nucléaires. C'est la planète entière qui risque de disparaître... » Ce message, les « machinistes agricoles » ont souhaité le faire passer auprès de leurs camarades du lycée. Avec les conseils et l'aide de leurs profs d'atelier Stéphane Boulou, Eric Le Pennec et Gilles Le Mée, ils ont ainsi construit une vraie tranchée dans l'enceinte de l'établissement. Plus besoin de creuser... dans les livres d'Histoire.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés