Pempoul, à Saint-Pol-de-Léon

Pempoul, à Saint-Pol-de-Léon

L'histoire et la géographie du petit port de Pempoul retiennent l'attention.

Ses deux digues, présentes dès l'Antiquité et reconstruites en pierres à la fin du XIVe siècle, font très tôt de Pempoul un site important de Saint-Pol-de-Léon. Le site, bien abrité, est protégé des pirates. La ville dispose alors de deux autres ports : l'un à l'île de Sieck, l'autre à l'île de Batz. Pempoul sert, comme les autres, au transport de marchandises : l'exportation du fer et de l'étain, l'importation de vin, de sel et de pierre de Caen.

Pempoul est alors une plaque-tournante du transport maritime, jusqu'au jour où Morlaix et Roscoff s'affirment. Le destin de Pempoul est scellé : l'ensablement le gagne?

Envahi par le sable...

Que du bonheur pour les pêcheurs à pied protégés de la mer par La Groue, cet isthme séculaire qui relie l'îlot Sainte-Anne et le continent et qui a donné lieu au port d'échouage de Pempoul. Dans l'attente de la marée montante, crevettes, crabes, bigorneaux, couteaux et coques n'ont qu'à bien se tenir ! Seaux et râteaux ne vont pas tarder à pointer leurs dents. Les épuisettes remplies, il est temps de pousser jusqu'à l'îlot Sainte-Anne. Des jeux pour enfants, des tables, des toilettes permettent d'y envisager une halte pique-nique.

Les aspirants alpinistes auront également quelques ascensions à prévoir. Du haut du promontoire, vue superbe sur la baie de Morlaix, l'île Callot, le Château du Taureau. Des petits cotres de Carantec y croisent les navires des Brittany Ferries de retour de Cork, Rosslare ou Plymouth, destinations abordables pour voyageurs au long cours. Les randonneurs préféreront le sentier qui relie la Pointe de Bloscon à l'île Callot.

A Pempoul, il y en a pour tous les goûts.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés