Molène l'accueillante

Molène l'accueillante

Avec son labyrinthe de ruelles bordées de murs de pierre, ses maisons de pêcheurs remarquablement rénovées, son port abrité, « l'île chauve » (on n'y trouve aucun arbre) offre un havre de paix et de douceur comme peu de rochers habités le font.

Ici, pas de voitures, peu de vélos. La taille de Molène (1,2 kilomètre sur 800 mètres) en fait un paradis pour les marcheurs. Nul ne saurait quitter les lieux sans effectuer un tour complet de l'île (compter une heure) ni grimper au sommet du sémaphore, où le regard embrasse en panoramique un chapelet de roches et de vastes étendues de goémon.

A voir le musée du Drummon Castle transféré, en 2012, au sémaphore, qui rappelle un tragique naufrage, et le réservoir d'eau offert par la reine Victoria aux îliens, en gratitude des efforts déployés alors pour sauver les sujets britanniques du bord.

Paradis des lapins

La partie ouest de Molène est complètement inhabitée, sauf par les campeurs, l'été. Le chemin côtier, légèrement en dévers, s'écarte rapidement des habitations et entraîne les visiteurs dans des zones pratiquement désertes, où les lapins pullulent : idéal pour le pique-nique ou une petite sieste dans les herbes folles.

L'un des meilleurs atouts de l'île réside dans la qualité de l'accueil de ses habitants. Vous en connaissez beaucoup des lieux où les gamins de cinq-dix ans vous regardent droit dans les yeux, un franc sourire sur le visage et vous livrent un tonitruant « bonjour » ?

La saucisse, une spécialité

Au moment de la pause, offrez-vous un petit détour au bar du Kastell-an-Doll. On peut y boire un café, une bonne pression ou déguster la saucisse de Molène.

Erwan, le maître des lieux, est la gentillesse incarnée. Si le courant passe bien, il ne manquera pas de vous narrer sa dévotion respectueuse pour notre Johnny national.

Vous aurez aussi peut-être la chance de bénéficier de quelques touches de piano offertes par son proche voisin, Didier Squiban.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés