Le port de Saint-Pierre, à Penmarch

Le port de Saint-Pierre, à Penmarch

Le port de Saint-Pierre, à Penmarch, est un musée face au grand large. Au pied du phare d'Eckmühl, l'ancien port goémonier n'attire pourtant plus entre ses cales étroites que des barques et quelques canots.

Parfois, avec un peu de chance, on assiste au débarquement du goémon.... Mais la grande pêche c'est pour Saint-Guénolé au Nord et Le Guilvinec au Sud. A défaut de chalutiers, on a là, à Saint-Pierre, un condensé de patrimoine maritime cornouaillais exceptionnel. Car Penmarch -tête de cheval en breton- fut un port que la sardine rendit prospère aux XVe et XVIe siècles.

Construite au XVe siècle, la chapelle Saint-Pierre se serre aujourd'hui entre trois géants. Longtemps solitaire, elle fut utilisée comme tour à feu puis comme tour de guet. Aujourd'hui, ses murs de pierre supportent des expos de peinture. Un premier phare -en activité de 1835 à 1897- puis un sémaphore de la Marine nationale lui font aujourd'hui une compagnie rapprochée. Le phare d'Eckmühl surplombe ce petit groupe architectural.

Un sauvetage qui ne viendra  plus

Tout se visite ou presque. Le petit phare, retranché derrière son antique canon, propose des parcours culturels thématiques. En face, dressé dans l'attente d'un sauvetage qui ne viendra plus, le canot de sauvetage à rames 'Papa Poydenot' témoigne du courage des hommes. Il date de 1901; c'est à la force des bras qu'on espérait sauver des vies et qu'on en sauvait d'ailleurs.

Dans ce petit carré de terre, balayé à la nuit tombée par le rayon lumineux du phare, on touche du doigt le bout du monde.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés