Sein, l'île Courage

Sein, l'île Courage

L'île de Sein, séparée de la pointe du Raz par un bras de mer de huit kilomètres, semble à peine émerger des flots. Il faut compter environ une heure au départ d'Audierne pour atteindre cette langue de terre qui s’étire sur 1,7 kilomètre et dont la hauteur moyenne au-dessus du niveau de la mer est de 1,50 mètre.

'Qui voit Sein voit sa fin' dit le dicton. La traversée ne manque pas d'écueils et de courants puissants. Quant à l'île, que dire lorsqu'elle est soumise à la fureur des éléments et que les plus fortes lames la balaient de part en part ?

Le bourg s'organise en un lacis de ruelles particulièrement étroites pour contrer la force du vent. Néanmoins, les maisons se parent de couleurs riantes, se montrant coquettes, comme pour défier les assauts de la mer. Près de l'église se dressent deux menhirs que l'on appelle ' Les Causeurs '.

Prenez le temps de faire le tour de l'île et d'apprécier la végétation rase et sauvage, ponctuée de murets de pierre. Tout au bout se dresse le phare veillant sur les dangers de la chaussée de Sein. Le charme de ce bout de sable et de granit est tout à fait particulier. On s'étonne encore que ses habitants n'aient pas cherché une vie plus douce sur le continent. Les plus grosses tempêtes du siècle dernier les ont même obligés à se replier sur les toits des habitations que la mer avaient envahies.

L'Appel du 18 juin

Mais pour rien au monde, ils ne quitteraient leur île et son étrange solitude. Leur courage s'est notamment dévoilé lors de la Seconde Guerre mondiale. Toute la flotte gagna l'Angleterre après l'appel du 18 juin 1940 : ils représentaient alors ' le quart de la France libre ' !

Si Sein vit en partie du tourisme, il demeure néanmoins quelques pêcheurs qui continuent à traquer le bar à la ligne dans le puissant raz de Sein, un métier risqué et difficile qui correspond bien à l'esprit téméraire des Sénans.

Dans l'un des restaurants de l'île, vous pourrez goûter à la spécialité : un délicieux ragoût de homard.