Le golfe du Morbihan, au ras de l'eau

Le golfe du Morbihan, au ras de l'eau

À l'image de la pression démographique et touristique que subit la région vannetaise, le golfe du Morbihan est un plan d'eau très fréquenté. Dans ce parc, le respect de l'autre et de l'environnement y sont encore plus de rigueur d'ailleurs. Calme, non polluant, le kayak est idéal pour découvrir ce territoire hors du commun.

© Emmanuel Berthier

Théâtre maritime aux allures de lagon, le golfe du Morbihan fourmille de vie sous toutes ses formes. Rien n’y est figé. Pas même les mégalithes qui, malgré des millénaires d’immobilité, continuent de jouer au chat et à la souris avec la marée. Ostréiculture, bateaux et oiseaux sauvages partagent les lieux dans une relative harmonie. Et même si deux millions de touristes se relaient ici chaque année, le site a su conserver sa part de nature.

Ce joyau de la Bretagne méritait donc un outil de protection et de gestion adapté et ce, à double titre: conserver le patrimoine exceptionnel et permettre d’encadrer l’inévitable développement économique. Un rôle sur mesure pour un parc naturel régional!

Il faut compter environ soixante kilomètres pour faire le tour du Golfe par la route, de Locmariaquer à Port-Navalo. Bien plus, si l’on s’aventure à pied sur le sentier littoral. L’eau serpente et s’infiltre partout dans les terres, entre étangs, pointes et rivières, ce qui rend son exploration par le rivage longue et difficile. Pour qui veut réellement entrer en communion avec ce site d’exception, rien de mieux donc qu’une découverte au fil de l’eau. En kayak, par exemple. [...]

Naviguer avec prudence

La perte des repères terrestres est également coutumière, même pour les locaux aguerris. À fleur d’eau, le monde n’a plus la même physionomie. Les reliefs s’estompent. Les îles se fondent dans les rives boisées. Difficile parfois d’anticiper le décor qui se cache derrière telle pointe, de juger l’existence d’un passage sans se heurter à un cul-de-sac. Enfin, comme partout en Bretagne, la consultation des horaires et niveaux de marée reste le préalable essentiel à toute sortie… sous peine de mauvaise surprise. Par prudence et confort, mieux vaut donc privilégier une sortie accompagnée. Au milieu d’une offre florissante, il n’est pas toujours simple de faire son choix. La marque “Valeurs du parc naturel régional” permet justement de distinguer les structures labellisées localement.

Attribuée à des entreprises ou des services qui sont en lien direct avec le Parc (hébergements, ostréiculteurs, éleveurs et, bien sûr, guides ou accompagnateurs), elle garantit une activité responsable et respectueuse de la charte et des objectifs du territoire.

Rendez-vous est pris avec l’une de ces structures: Gîte et contre gîte. Cela fait maintenant quatre ans que Nicolas de Noüe, son fondateur, s’est installé comme indépendant. Auparavant moniteur de voile et responsable d’animations, ce natif du pays a, un jour, décidé de vivre autrement. Et d’en profiter pour faire partager sa vision du lieu. Il a monté Gîte et contre gîte, en référence à sa double activité d’accompagnateur kayak et de gestion d’un gîte rural sur la commune du Bono, où il vit. Pour lui, la marque “Valeurs du parc naturel régional” apparaissait comme une nécessité. Elle est la garantie d’un travail durable et exemplaire. Intarissable sur l’environnement du golfe, son histoire, ses habitants, son fonctionnement, il possède en plus le goût du partage. Embarquer à ses côtés, c’est à chaque fois plonger dans une histoire qui n’est jamais tout à fait la même. [...]

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés