L’île Vierge

L’île Vierge

Gare aux parages littoraux du Finistère Nord ! Les marins connaissent la traîtrise des indentations de la côte et du semis des récifs qui la hérisse.

Emmanuel Berthier / CRTB

Pendant des siècles, les tempêtes hivernales ont drossé sur ces grèves désertes d’innombrables bâtiments en perdition, que les populations riveraines se faisaient un devoir de visiter. Elles y ont gagné une sulfureuse réputation de pilleurs d’épaves, voire de naufrageurs, et le sobriquet de Paganiz (païens). D’où le nom de Pays Pagan donné à ce territoire.

Sur l’île vierge, un îlot situé face à la commune de Lilia, débute en 1842 la construction d’un phare salvateur. Allumé trois ans plus tard, son système lumineux se révèle vite faible et défectueux. Après cinq années de travaux, un second phare en granit voit le jour en 1902. Haut de 82,5 mètres, le géant au fût jaillissant décroche le titre de plus haut phare d’Europe et de plus haut phare du monde en pierre de taille. Toutes les cinq secondes, son éclat blanc balaie un vaste territoire à quarante-deux kilomètres à la ronde. Les gardiens ont quitté les lieux en 2010 mais le phare reste ouvert à la visite.

Vedettes des Abers : 02 98 04 74 94 , vedettes-des-abers.com

Office de tourisme des Abers : place de l’Europe, Plouguerneau, 02 98 04 70 93

Extrait du hors-série Les 100 merveilles de la Bretagne (été 2017)

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Les Incontournables de Bretagne Magazine
Annick Fleitour
Annick Fleitour
Annick Fleitour
Annick Fleitour
Annick Fleitour
Annick Fleitour
Contenus sponsorisés