Lorient, la figure de proue du Morbihan

Lorient, la figure de proue du Morbihan

Battue par les vents, fouettée par les embruns, Lorient s'avance, figure de proue du Morbihan. Avec ses ports qui se succèdent le long de la rade, la ville est une plate-forme maritime exceptionnnelle où même la planche à voile ne manque pas de souffle.

Il faut parfois s'éloigner de la côte pour découvrir rivières et châteaux, au détour des landes de genêts et d'ajoncs. Emaillée de villages paisibles et de vieilles églises chargées de souvenirs, doucement vallonnée, égayée par le chatoiement des étangs et des eaux vives entre Scorff et Blavet, la verte campagne lorientaise est l'une des plus souriantes de Bretagne.

La ville de Lorient a pourtant beaucoup souffert. Le XXe siècle s'estompe, les cicatrices aussi. Durement meurtrie pendant la dernière guerre mondiale, Lorient, pour panser ses plaies, a fait d'intéressantes tentatives d'architecture moderne. Restent ces frontons ouvragés, parfois fantaisistes, toujours colorés, qui font la richesse du patrimoine de la ville.

Au fil du temps, les ports de Lorient ont vu leurs fonctions se diversifier. Aujourd'hui, avec l'axe Nantes-Brest et Paris à une heure d'avion, la région et ses îles, à une encablure de la rade, séduiront le créateur tenté de s'installer ici, lequel y trouvera de quoi alimenter ses rêves.

Les folles journées

'De l'âge d'or de la Compagnie des Indes, il ne reste à Lorient que deux choses : la coquetterie des femmes et le goût de la fête', écrit Irène Frain, romancière lorientaise, dans un de ses ouvrages. En matière de fête, soyons juste, le Festival Interceltique en est une ! Pour se défouler, la première quinzaine d'août, il serait difficile -pour ne pas dire impossible- de trouver mieux.

La fête n'a pourtant qu'un temps : Lorient ne pouvait se tenir à l'écart des avancées en matière d'éducation. Elle est en passe de devenir la quatrième ville universitaire de Bretagne. De quoi donner un nouvel élan à une jeunesse avide de savoir.

Retour à la tour de garde...

Quand le péril venait de la mer... la tour de garde veillait. De son glorieux passé, qui la voit contempler quelque deux siècles d'histoire -splendide témoin de pierre qu'escortent vents et marées-.

Elle évoque les temps des grands parcours et fait revivre, sous nos yeux, les héros qui illustrèrent la vie de la cité.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés