La rivière d'Etel

La rivière d'Etel

Un joyau de la côte. Rivière se noyant dans une ria, long bras liquide de quelque 22 km², où se mêlent eaux douces et salées au rythme des marées, le site d’Étel est un des joyaux de la côte sud de Bretagne. Parmi ses trésors, l’îlot de Saint-Cado.

Publié le 18/08/2020
A- A+
© Grome, Flickr

C’est l’eau qui a ici, façonné cette petite mer intérieure et dessiné ses contours hyper changeants, parsemés d’îlots et de presqu’îles, où se succèdent lagunes, plages sauvages, marais et parcs ostréicoles. Quand elle quitte la ria, l’eau dispute à l’océan un banc de sable changeant, le contre-courant générant cette fameuse “barre d’Étel”, bien connue des plaisanciers.

Entre Carnac et Port-Louis, se dessine un vrai paysage de carte postale, dont la star est une petite maison aux volets bleus qui semble flotter entre le ciel et l’eau à marée haute. La maison de Nichtarguer ou la maison de l’huître (En Istra ar Guer) a été construite vers 1890, à l’initiative d’un négociant Etellois qui voulait se lancer dans l’ostréiculture. Pour surveiller ses  différents parcs ostréicoles dans la Ria, notamment autour de l’îlot, il fit construit cette maison pour y abriter un gardien de parcs et sa famille. Même s’il n’y en a plus guère de parc à huîtres autour d’elle, l’activité est encore très présente dans la ria, car la rencontre des eaux saumâtres de la mer et de l’eau douce crée des conditions très favorables à l’ostréiculture.

Ile Saint-Cado, Maison Nichtarguer
Ile Saint-Cado, Maison Nichtarguer

 

Arrivant d’Erdeven, un choix s’impose : à droite, c’est Belz avec sa ravissante île de Saint-Cado. À gauche, direction Étel, et son port d’où sont partis tant de bateaux sardiniers et de thoniers. Tout droit, c’est le pont Lorois (nom du préfet de l’époque), seul point de passage entre les deux rives. Achevé en 1841, puis deux fois détruit, le pont actuel est un magnifique ouvrage suspendu à des câbles d’acier qui supportent un tablier d’une longueur de 237 mètres. Lors de son inauguration en 1956, il fut béni par l’abbé Raoul, recteur de Belz. Nul doute que la religion a joué un rôle important dans sa paroisse, si l’on en juge par la taille du calvaire de Saint-Cado, avec ses trois larges escaliers et quatre piliers carrés coiffés de pinacles ornés d’une boule, qu’un de ses prédécesseurs offrit à ses paroissiens en 1822. Plus modeste, la chapelle de Saint-Cado date du XIIe siècle. Elle fut érigée par les moines bénédictins de Quimperlé, sur l’emplacement de l’ermitage construit par le Gallois saint Cado. Il faut prendre le temps d’admirer ses jolis vitraux (1960) qui racontent des épisodes de sa vie. Et si vous avez des problèmes de surdité, tentez d’introduire votre tête dans la cavité d’un petit autel situé dans la chapelle sud appelé “lit de Saint-Cado”, en effet ce saint ayant la réputation de guérir de la surdité.

Bien avant ce saint, les Romains adoptèrent le site. De fait, on peut y voir les ruines de la villa gallo-romaine maritime de Mané-Vechen, ainsi qu’un cimetière de bateaux, en longeant le chemin côtier du côté du sémaphore de Plouhinec. Ce sémaphore a été construit en 1960, Afin de guider les bateaux souhaitant pénétrer dans la ria. En effet La barre d'Etel est un banc de sable sous-marin formé par les courants qui se croisent à l'entrée de la Ria, au point de rencontre de la marée et du cours de la rivière. Le banc de sable rend difficile l'entrée de la ria car il se déplace au gré des vents et des courants. C’est grâce à son mât de signaux, dit « mât Fenoux », que le sémaphore fournit aux navigateurs les indications pour franchir la barre.

Que faire à Etel ?

Musée des thoniers d’étel

Au XIXe siècle, chaque port de la ria d’Étel voyait ses marins partir à la pêche à la sardine. Dans les années 1930, Étel fut l’un des plus importants sites de France pour la pêche au thon blanc (germon) avec près de 250 dundées. Les bateaux à voile cinglaient vers le Golfe de Gascogne. Après 1945, la motorisation élargit leur domaine de pêche, de l’Angleterre à l’Afrique de l’Ouest. C’est cette grande épopée que raconte le Musée des thoniers. Installé face au port de plaisance, ce lieu pittoresque, géré par Autrefois, une association de passionnés, se déploie sur cinq salles. On y découvre de magnifiques maquettes navales ou paysagères, des ex-voto, des reconstitutions et des photos de ces époques révolues… qui racontent la mémoire de la ville d’Etel autour des thèmes suivants : la sardine avant le thon, le thon et la voile,  les chaluts, le sauvetage en mer et le patrimoine local… Des expositions temporaires, vidéos, ateliers et jeux pour toute la famille, complètent la visite des collections du musée. 
Musée des Thoniers : 3, impasse Jean Bart, Étel -Renseignements : museedesthoniers.fr/. T. 02 97 55 26 67

Le Passeur Treh Simon

En saison, ce passeur assure la liaison entre  le port du Magouër à Plouhinec et les quais d’Etel. Cette liaison courte et pratique s’effectue à la demande sans réservation préalable. On peut embarquer son vélo, alors bousculez vos habitudes, le passeur est un point de départ idéal pour découvrir autrement, sans voiture, le Grand Site Dunes Sauvages de Gâvres à Quiberon. À travers les chemins, voie verte et pistes cyclables, partez à la rencontre de paysages immenses, d’une nature rare et des traces du passé ! À noter, si le bateau est sur l’autre rive, descendez sur le ponton à l’emplacement prévu pour l’embarquement et faites signe de la main au capitaine. Il viendra vous chercher !
Renseignements horaires et tarifs : https://www.gavres-quiberon.fr/fr/le-passeur

Le Cercle nautique de la ria d’Étel 

À partir de trois sites (Belz, Erdeven et Étel), il propose des cours, des locations : kayak, paddle, voile, planche et plongée dans la ria, organise des randonnées en kayak à la journée ou demi-journée, des sorties à thème comme d’observer les superbes coucher de soleil Bretons lors d’une balade de 2h ! Renseignements – réservation : www.cercle-nautique-etel.fr/ T. 02 97 55 21 26 

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés