Une journée dans le Pays du Roi Morvan

Une journée dans le Pays du Roi Morvan

La foi, la palette et les pinceaux. Débordant d’un patrimoine religieux rare et précieux, ce pays légendaire a accueilli un roi, une voleuse de grands chemins et des peintres, tous envoutés par ce décor.

Publié le 19/08/2020
Modifié le 16/10/2020
A- A+
Chapelle Sainte-Barbe

Amateurs de tranquillité hors des sentiers battus, ce pays, au nord-ouest du Morbihan, comprenant la Cornouaille morbihannaise et le pays Pourlet, est fait pour vous. Sans doute avez-vous oublié le roi Morvan qui combattit le fils de Charlemagne au début du IXe siècle. Mais la mémoire de Marion du Faouët, sorte de “ Robin des bois féminin ” qui finit sa vie au gibet de Quimper en 1755, est ici encore présente, et nous parle sans doute d’avantage  ! 

Dans ce cœur de la Bretagne, appelé Kalon Breizh, au détour de chaque chemin, on s’imagine encore voir débouler la belle Marion à la chevelure flamboyante. Mais plus sûrement, c’est une centaine d’églises et de chapelles plus belles les unes que les autres qui se dévoilent aux promeneurs. Pas étonnant que les peintres soient venus nombreux ici, poser leur chevalet dans ces décors authentiques ! Ce n’est donc pas un hasard si Le Faouët accueille un très beau musée qui rend hommage à ces peintres qui ont célébré la Bretagne. Quant aux somptueuses halles du XVIe siècle du Faouët, qui furent souvent la toile de fond de leurs impressions picturales, il faut lever les yeux pour en admirer l’immense charpente en bois de chêne et de sapin, de préférence lors du marché qui se tient les premiers, troisième et cinquième mercredis de chaque mois. 

  • Des chapelles et des bains

Des escaliers de pierre à balustres, un oratoire et une chapelle accrochés à la roche au-dessus de la vallée de l’Ellé, nous sommes sur le site de la chapelle Sainte-Barbe, un incontournable du Faouët. Autre joyau de la foi, la chapelle Saint-Fiacre du XVe siècle, dans le style gothique flamboyant. À Kernascléden, l’église, elle aussi de style gothique flamboyant, abrite des fresques polychromes du XVe siècle : épisodes de la vie du Christ, de la Vierge et surtout une danse macabre (penser à se munir de piécettes pour les éclairer). Dans la petite cité de caractère de Guéméné-sur-Scorff, dans ce qui reste du château des Rohan, les “Bains de la Reine” nous racontent dans un agréable espace muséal une histoire de l’hygiène au Moyen Âge. C’est aussi, ici, le pays de l’andouille de Guéméné, avis aux amateurs ! 

  • L’Afrique à Langonnet

À Langonnet, la vaste et tranquille abbaye cistercienne, fondée en 1136 et abandonnée à la Révolution, a conservé son joyau : une salle capitulaire gothique. Utilisée comme écurie sous le règne de Napoléon, elle revit en 1857, quand la Congrégation des frères du Saint-Esprit l’acquiert pour la retraite de ses missionnaires. Les “idoles”, masques et objets rituels rapportés par eux de leurs missions, constituent un merveilleux et modeste musée des arts africains. Environ 400 objets d’art ou d’artisanat, qui sans aucune prétention, composent au cœur de la Bretagne un « inattendu, petit Branly ! », comme le souligne l’écrivain Jean-Louis Gouraud.
www.tourismepaysroimorvan.com 

  • Le Musée du Faouët

Au cœur d’un élan pictural

L’arrivée du train à Quimperlé, en 1865, favorisa la venue d’artistes qui affluèrent au Faouët,  séduits par les halles du XVIe siècle, l’architecture des chapelles Saint-Fiacre et Sainte-Barbe, et la foule bigarrée des pardons et des jours de marché - aussi exotique que les paysannes de Pont-Aven pour Gauguin ! L’un des premiers fut Hyppolite Lalaisse, qui a laissé un travail exceptionnel sur les costumes bretons. Les Britanniques Guy Wilthew et Sydney Curnow croisaient le Belge Oscar Chauvaux, le Suisse Marius Borgeaud et quantité d’autres peintres et photographes, qui faisaient halte là, entre Locronan et Rochefort-en-Terre. Dès 1913, la commune a constitué un fonds qui a attendu l’ouverture du musée, en 1987, pour présenter au public ses collections permanentes et des rétrospectives de premier ordre. 

Exposition jusqu’au 4 octobre 2020 « Une famille d’artistes au Faouët »

Cette exposition met en lumière le travail artistique, pictural et photographique, d’une famille qui a marqué l’histoire Faouétaise, centre pictural de Bretagne intérieure : la famille Le Leuxhe. Inédites et d’une sensibilité indéniable, les photographies de Joseph Le Leuxhe sont mêlées par le jeu de la scénographie au regard artistique du peintre Guy Wilthew, reconnu comme excellent portraitiste. Réunissant une rare collection familiale de peintures et dessins ainsi qu’un fonds photographique remarquable, l’exposition valorise l’histoire du musée du Faouët et nous permet d’approfondir notre connaissance du phénomène de développement artistique de cette cité.
T. 02 97 23 15 27 www.museedufaouet.fr 

  • Musée de l’abeille vivante et la Cité des Fourmis

Pour tout savoir sur les sociétés d'insectes : les abeilles (six salles leur sont réservées), les phasmes et les fourmis (trois salles). Cette exposition vivante est présentée avec humour et professionnalisme par Corinne et Gilles Kervot. Les enfants adorent et les parents repartent avec du chouchen, du miel ou du pain d’épices. 
Kercadoret, Le Faouët. Tél. 02 97 23 08 05 
www.abeilles-et-fourmis.com 

  • Parc Aquanature

Dans ce parc constitué de six vallées, près de 150 cervidés évoluent en liberté. À pied ou en voiturette, vous les croiserez au fil de 15 km de circuit. Aquarium de poissons d’eau douce. Restaurant du terroir, sur réservation. 
Le Stérou, Priziac. Tél. 02 97 34 63 84

  • La maison de la Chauve-souris

Unique, ce centre de découverte veille sur une colonie de grands rhinolophes. À faire, visites guidées et sorties nocturnes pour mieux comprendre et apprécier les demoiselles de la nuit, dont la réputation a été bien malheureusement mise à mal ces derniers temps !
1, place de l’Église, Kernascléden. 
Tél. 02 97 28 26 31

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés