Musées de Vitré

Musées de Vitré

Les quatre musées de Vitré ont chacun un thème propre, en relation avec les édifices dans lesquels ils sont implantés. Ils se visitent avec un billet commun (délivré dans chaque musée) et aux mêmes horaires d'ouverture.

Publié le 23/10/2020
A- A+

Musée d'art sacré installé dans l'ancienne chapelle des Hôpitaux Saint-Yves et Saint-Nicolas et le Chœur des Religieuses adjacent. Rebâtie aux XVe-XVIe siècles, la chapelle, d'une belle élévation, jouxte au Sud les anciens bâtiments hospitaliers et au Nord le monastère des Religieuses Augustines Hospitalières, édifié au XVIIe siècle.

On y trouve des peintures murales XVe-XVIe siècles, un tabernacle à ailes en bois doré, à miroirs, de 1715, etc.

Installé dans la chapelle et le Chœur des Religieuses, le musée est spécialisé dans l'orfèvrerie religieuse française des XIXe et première moitié XXe siècles : les collections exposées retracent son évolution dans le temps à travers les réalisations de grandes Maisons d'orfèvrerie religieuse; l'éclectisme de l'époque Louis Philippe qui reprend les formes de la Renaissance et du XVIIe siècle; la deuxième moitié XIXe siècle, marquée notamment par les œuvres néo-gothiques de grandes Maisons parisiennes. P. Poussielgue, Rusand, Trioullier, Demarquet et des Maisons lyonnaises comme Armand Calliat.

Le passage à l'art nouveau puis l'art déco est évoqué avec le travail des orfèvres Chaumet, Brunet, Mellerio, etc. Cette évocation rassemble des pièces traditionnelles : ciboires, calices... mais également quelques œuvres exceptionnelles comme le Christus Vincit, de J. Chaumet.

Musée des Rochers Sévigné

Résidence bretonne de Madame de Sévigné depuis son mariage avec Henri de Sévigné en 1644 : devenue veuve, elle y effectue de nombreux séjours et y écrit une grande partie de ses fameuses Lettres. Le musée évoque son souvenir avec, notamment, son portrait en pied et ceux de ses proches. L'esprit de Madame de Sévigné est également présent dans la chapelle qu'elle fit édifier, le Jardin à la française et le Parc dont elle avait nommé les allées. L'Orangerie abrite une exposition permanente sur les rochers : Madame de Sévigné, son oeuvre et son souvenir.

Musée du Château

Edifié vers 1080 par le baron de Vitré, sur un promontoire rocheux dominant la vallée de la Vilaine, le château est rebâti au XIIIe siècle selon son plan triangulaire actuel. Pendant ce temps, la famille de Vitré s'unit à celle de Laval et, aux XVe et XVIe siècles, ce château devient résidence des Comtes de Laval-Montmorency, grande famille franco-bretonne. Au XVIIe siècle, il passe aux La Trémouille.

Intéressant exemple de château médiéval, sur la frontière franco-bretonne, son musée évoque l'histoire de Vitré : arts décoratifs, cabinet de Curiosités XIXe, etc.

Musée de la Faucillonnaie

A l'ancien manoir de La Faucillonnaie, du XVe siècle, établi sur un coteau dominant le bourg de Montreuil-sous-Pérouse, est adjointe, en 1677, une demeure de plan rectangulaire et au haut toit en pavillon. Un escalier monumental dessert les deux parties. Cette maison de maître deviendra maison de ferme, agrandie de bâtiments agricoles, avant d'accueillir le Musée du Patrimoine Rural du Pays de Vitré. Les collections du musée, réparties sur deux niveaux, évoquent respectivement le mobilier de maison de ferme et maison de maître : meubles, vaisselle, vêtements, tableaux, etc.

Le bâtiment agricole propose une évocation des métiers du Pays de Vitré.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés