Visiter l’abbaye de Bon Repos, patrimoine du Centre Bretagne

Visiter l’abbaye de Bon Repos, patrimoine du Centre Bretagne

Parmi la petite vingtaine d’abbayes en Bretagne, l’abbaye de Bon-Repos est, avec celle de Beauport, l’une des plus réputées et visitées. Situé au village de Saint-Gelven, en plein Argoat, le domaine abbatial trône sur le Centre Bretagne comme peu de monuments. Le long du Blavet, il constitue un bon point d’arrivée après une balade autour du lac de Guerlédan

Publié le 13/11/2020
Modifié le 14/11/2020
A- A+
L'abbaye de Bon-Repos, vue de face en plein jour. Le monument du 18e siècle est délabré
Le Télégramme

Histoire de l’abbaye de Bon-Repos

La légende d’Alain III

L’abbaye de Bon-Repos est une abbaye cistercienne fondée en 1184 au cœur de la forêt de Quénécan, entre le Blavet et les gorges de Daoulas, à proximité des allées couvertes de Liscuis, ces trois monuments mégalithiques datant du Néolithique.

Comme toute fondation médiévale, celle-ci s’accompagne d’une légende. Le fondateur de Bon-Repos est le Vicomte Alain III de Rohan, conjointement avec son épouse Constance de Penthièvre. Il aurait rêvé de la Vierge Marie, une nuit dans la vallée du Blavet. Cela suffit pour entreprendre la construction d’un tombeau qui devint la dernière demeure des vicomtes de Rohan. 

Gloire et déchéance

Sous la gestion des moines cisterciens, l’abbaye de Bon-repos connut une période prospère trois siècles durant, malgré un enrichissement allant à l’encontre des principes de pauvreté et d’humilité de l’ordre. L’abbaye devint royale suite au mariage d’Anne de Bretagne et de Charles VIII en 1491, appartenant non plus au duché de Bretagne mais au royaume de France. À partir de là, l’abbaye de Bon-repos se dégrade progressivement, atteinte par les ingérences, les emprunts réguliers du trésor royal et les diverses spoliations. Si l’on note une tentative de réhabilitation au 18ᵉ siècle avec la construction d’un palais abbatial et la restauration de l’église, la Révolution Française et les chouans ont fini de piller ce qu’il en restait. L’orfèvrerie, le granit une fois pillés, l’abbaye resta à l’abandon jusqu’à notre époque.

Abbaye de Bon Repos et son bâtiment du 18e siècle

La réhabilitation de l’abbaye de Bon-Repos

Ça n’est qu’en 1986 que la volonté seule de quelques « passionnés » ont permis de remettre l’abbaye de Bon-Repos au premier plan du paysage patrimonial breton. Au travers de leur association des « Compagnons de l’Abbaye de Bon-Repos », les bénévoles ont travaillé d’arrache-pied pour réhabiliter ce monument classé historique depuis 1940 pourtant. Aujourd’hui encore, l’association reste gestionnaire de l’abbaye et la propriété appartient au département des Côtes-d’Armor depuis 2014.

 

C’est quoi une abbaye cistercienne ?

C’est un monastère appartenant à l’ordre cistercien. Comme dans toute religion, la chrétienté a évolué au travers de différents courants de pensée et ordres moraux qui privilégiaient des valeurs propres à leur conception de la foi. Ces ordres étaient propagés au travers des abbayes qui représentaient de véritables points d’influences sur les régions dans lesquelles elles s’établissaient.

Lorsque l’abbaye de Bon-Repos est fondée en 1184, c’est l’ordre cistercien qui devient le plus influent depuis sa création en 1098. Développé à l’abbaye Cîteaux par Robert de Molesme et largement propagé par Bernard de Clairveaux au 12ᵉ siècle, l’ordre cistercien est une réforme de l’ordre bénédictin dont le train de vie était jugé alors trop faste, politique et peu spirituel. La réforme consiste en premier lieu à reconnaitre l’autorité du pape dont le pouvoir grandissant commençait à rivaliser avec celui des monarques européens.

Les abbayes cisterciennes connurent un grand succès et se sont développées dans toute l’Europe et le monde jusqu’au 18ᵉ siècle et le déclin de l’ordre.

Enluminure de Bernard de Clairvaux, maître à penser de l’ordre cistercien. érigé en saint, il a largement contribué à promouvoir son ordre dans toute l'Europe du 12e siècle
Bernard de Clairvaux, maître à penser de l’ordre cistercien

 

Envie de visiter d’autres abbayes cisterciennes en France ?  Nous vous conseillons les suivantes :

  • L’abbaye de Cîteaux, entre Dijon et Beaune, à l’origine de l’ordre cistercien et d’un très bon fromage

  • L’abbaye de l’Épau, au Mans et pas très loin de la Bretagne

  • L’abbaye de Sénanque, en Provence, magnifique et entourée de champs de lavande

  • L’abbaye de Fontenay, en Bourgogne, réputée pour son cloître et pour être l’un des lieux de tournage de Cyrano de Bergerac

  • L’abbaye de Valmagne, située dans l’Hérault

 

Préparer sa visite à l’abbaye de Bon-Repos

Nous vous avons donné envie de visiter l’abbaye de Bon-Repos ? Tant mieux ! Préparez votre visite avec nous :

Tarifs pour l’abbaye de Bon-Repos

Les tarifs pour l’abbaye de Bon-Repos sont les suivants : 

  • Adulte plein tarif : 6 €

  • Adulte tarif réduit : 4 €

  • Enfant entre 8 et 16 ans : 2,50 €

  • Entre de moins de 8 ans : Gratuit

  • Famille (2 adultes + 3 enfants) : 15 €

Les tarifs adultes concernent les personnes de plus de 16 ans. Vous pouvez profiter du tarif réduit si vous êtes étudiant, demandeur d’emploi, personne à mobilité réduite ou autre handicap ou encore détenteur de la carte Cezam. 

Des visites guidées sont organisées tous les jours lors des mois de juillet et août pour 1 € de plus seulement. Des tarifs de groupes sont disponibles à partir de 15 visiteurs pour 4 € par personne.

Restaurants de l’abbaye

Il est possible de se restaurer au sein d’une crêperie et d’un café.

  • Café de l’Abbaye : avec vue sur l’abbaye, dégustez une glace à l’italienne ou une bonne assiette au bord du canal de Nantes à Brest

  • Crêperie de Bon Repos : Envie d’une galette saucisse ? La crêperie est active depuis 1993 avec succès. Appelez au 02 96 24 86 56.

Hébergements et gîte à Bon-repos

Pour passer une nuit dans l’abbaye de Bon Repos, c’est presque possible. Si tout est plein, de nombreux gîtes sont disponibles tout autour : l’occasion d’enchaîner une belle balade sur le lac de Guerlédan au lendemain de votre visite de l’abbaye.

Le site brb.bzh propose différents gîtes spécialement conçus pour dormir au plus près de l’abbaye et ainsi effectuer un bon repos.

  • Dormir dans les dépendances de l’abbaye de Bon-Repos, c’est possible. Les chambres familiales ou couple avec salle de bain privative composent ces chambres d’hôte exceptionnelles. Un salon et une cuisine sont à partager avec les autres voyageurs. L’occasion d’échanger !

  • Les gîtes du Liscuis sont trois locations de 7, 9 et 14 personnes au sein d’un manoir du 16ᵉ siècle à quelques pas de l’abbaye de Bon-Repos et des allées couvertes de Liscuis. À vous la vie de château !

  • Le gîte Ty Gwenn se présente comme une maison contemporaine de style néo-breton pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Parfait pour s’y sentir comme chez soi !

  • Ty Lodge mets à disposition son gîte et ses 4 chambres d’hôtes pour le plus grand confort des visiteurs, qu’ils soient de passage ou pour un séjour.

  • Le gîte Kan an Dour est une maison éclusière pile sur le canal longeant l’abbaye de Bon-Repos. Signifiant « le chant de l’eau », Kan an Dour se situe à un endroit privilégié pour ceux qui veulent effectuer la fameuse Vélodyssée.

 

Expositions et évènements de l’abbaye de Bon-Repos

Photo prise de nuit de l'abbaye de Bon Repos pendant le spectacle Son et Lumière. Une foule de figurants costumés animent la reconstitution
@ Jean LESOEN

 

L’abbaye de Bon-Repos accueille de nombreux événements qui animent continuellement le monastère cistercien. L’attraction la plus réputée est sans doute le spectacle Son et Lumière de Bon-Repos où des projections monumentales et des centaines de figurants costumés envahissent le domaine de l’abbaye pour un spectacle nocturne magique. Depuis plus de 30 ans, cet événement retrace, en une dizaine de scènes vivantes, l’histoire de la Bretagne à travers les âges. L’abbaye accueille également le festival Klasik, un événement où le public se retrouve autour de la musique orchestrale et contemporaine.

Niveau expositions, l’abbaye met régulièrement à jour sa programmation. Mais elle est constamment mise en scène par les œuvres contemporaines d’artistes tels José Le Piez et Marc Didou.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés