Le phare de Kerdonis

Le phare de Kerdonis

Deux maisons phares à tour carrée signalent les deux extrémités de Belle-Ile. A l'ouest, le feu des Poulains est allumé en 1868. A l'est, c'est Kerdonis, haut de 13,70 mètres, qui culmine à 37,90 mètres au-dessus de la mer.

Publié le 13/06/2018
A- A+

Découvrant sur les îles d'Houat et d'Hoëdic, il marque l'entrée sud des courreaux de Belle-Ile et commande le seul accès praticable au golfe du Morbihan. Cette maison phare était habitée par le gardien Désiré Matelot, son épouse Eugénie et leurs trois enfants.

Dans la nuit du 18 au 19 avril 1911, alors que la tempête s'installe, le gardien Matelot, en proie à une crise d'appendicite aiguë, meurt subitement. Vainement, Eugénie Matelot tentera d'actionner le treuil pour remonter les poids, mettant en branle le système d'horlogerie, assurant la rotation de l'optique.

Le courage d'Eugénie

La mer est de plus en plus forte, et le vent qui souffle en tempête projette des lambeaux d'écume jusqu'aux fenêtres du phare. Impossible d'appeler au secours. Un impératif s'impose pour la gardienne auxiliaire : celui de maintenir les caractéristiques du feu. La vie d'équipages, croisant dans les parages, en dépend.

En dépit du drame qui vient de frapper sa famille, Eugénie Matelot appelle ses deux aînés à la rescousse. Neuf heures durant, ils feront tourner le bloc optique, se relayant jusqu'au lever du jour. Pour autant, l'administration rechignera à verser à la veuve l'arriéré de salaire de son mari.

Un article du Figaro va alerter l'opinion, et Eugénie Matelot, à qui l'on décernera la Légion d'honneur, finira par toucher son dû.

Des chansons, dans la pure tradition populaire, et même des nouvelles seront diffusées dans des écoles, citant en exemple ce beau geste de courage.

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Phares de Bretagne
Contenus sponsorisés