Le phare de Lanvaon

Le phare de Lanvaon

A voir cette grande tour blanche au milieu des champs, on se méprendrait sur sa fonction. Depuis la mer, pas de doute, il s'agit bien d'un phare...

Publié le 04/06/2018
A- A+

La lanterne de Lanvaon est allumée en 1868 dans l'alignement du phare de l'île Wrac'h (*), en remplacement du feu placé jusqu'à cette date sur le clocher de Plouguerneau.

Entrée de l'Aber Wrac'h

Visible sur la rive nord de l'Aber-Wrac'h, entre Plouguerneau et Lilia, il indique l'entrée de l'aber.

De nuit, son feu directionnel scintillant guide clairement les navigateurs dans l'axe de son faisceau. De jour, il fait partie de ces phares-amers basés à terre; il est reconnaissable à son triangle coloré.

Nécessité des amers

A partir de la moitié du XIXe siècle, les ingénieurs tentent de mettre les phares en valeur pour les utiliser comme repères diurnes. Rapidement, l'emploi de couleurs voyantes et de graphisme distinctifs s'impose. Le plus souvent, des bandes rouges et blanches -ou noires et blanches- sont utilisées. L'objectif est d'éviter la confusion avec les bâtiments environnants.

Automatisé et télé-contrôlé

Il est indispensable par exemple de se démarquer du clocher le plus proche. A Lanvaon, les ingénieurs ont choisi de peindre en orange le sommet de la tour carrée en maçonnerie de pierre. Le phare ne se visite malheureusement pas, il est automatisé et télécontrôlé.

(*) Le phare de l'île Wrac'h règne en maître sur une île protégée à l'entrée de l'Aber-Wrac'h. Son feu, d'une portée de sept milles, culmine à 22,85 mètres au-dessus de la mer. De nuit, vous le reconnaîtrez grâce à trois éclats rouges toutes les 12 secondes.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés