Le phare de l'île de Batz

Le phare de l'île de Batz

Sur la partie nord de l'île, à l'opposé du village, le phare de Batz est posté sur la plus haute colline. Dès le début du XVIIIe siècle, un phare est envisagé à cet emplacement.

La marine marchande demande régulièrement à ce que ce rocher placé sur la route des ports de Roscoff et Morlaix soit balisé. 16 ans pour l'allumage. Mais, faute de financement, il faudra attendre 1836 pour que l'édification débute puis 1852 pour le voir s'allumer enfin.

Cette tour circulaire sur un soubassement carré rayonne à plus de 72 mètres au-dessus des flots. Le granit utilisé pour sa construction est tiré de l'île Grande, dans les Côtes-d'Armor. En l'observant de près, la ressemblance avec le phare du Goulphar, à Belle-Ile, est frappante.

Sur un plan de Fresnel

Et pour cause. Pour réduire le temps de recherche et les coûts généraux, le savant polytechnicien Augustin Fresnel, qui faisait référence à cette époque, a envoyé à plusieurs ingénieurs de la région les calques de son plan de phare.

C'est pourquoi les tours de Sein, Penmarc'h, Belle-Ile, Yeu, Chassiron, Biarritz et Le Pilier ont toutes cet aspect commun. Le phare, automatisé depuis le départ à la retraite de son gardien, en 1995, n'est plus habité. Il est cependant possible de gravir les 210 marches pour se rendre à son sommet.

Une vue splendide sur la baie de Morlaix récompensera vos efforts.

À découvrir aussi : Phares de Bretagne