Ile Grande, la guérisseuse

Ile Grande, la guérisseuse

Autrefois terre d'extraction du granit, l'île Grande est aujourd'hui un havre pour les oiseaux mazoutés, accueillis au centre de soins de la LPO.

Publié le 05/03/2019
A- A+

L'île-Grande n'est plus une île. Depuis 1891, un pont la relie à Pleumeur-Bodou, commune de rattachement de ses 800 habitants permanents. Elle est donc accessible en voiture, mais attention : par grande marée, la mer reprend ses droits en inondant les routes secondaires.

Du granit bleu et blanc

La marée change à loisir le visage de l'île-Grande et du chapelet d'îlots qui l'entoure, à découvrir le long du sentier côtier qui permet de faire le tour de l'île en sept kilomètres et deux heures 30 environ. Marais, petit port et plages jalonnent cette balade.

Des vestiges de pierre témoignent qu'entre 1860 et 1910, 800 tonnes de granit bleu et blanc étaient extraites chaque jour sur 14 hectares de carrières. Ce granit, dont l'exploitation a décliné pour cesser en 1989, a servi entre autres à paver des rues de Paris, des quais de Boulogne et de Dunkerque ou encore le viaduc de Morlaix.

Une station ornithologique

L'ancienne carrière de Kastell Erek est aujourd'hui la propriété de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) qui y a installé une station ornithologique et un centre de soins pour les oiseaux mazoutés, victimes des dégazages et des marées noires. Huit salariés et jusqu'à 70 bénévoles travaillent dans cette structure.

Il n'est pas possible de visiter le centre de soins mais des caméras ont été installées et permettent aux visiteurs de la station de voir les traitements apportés aux guillemots et autres macareux pour qu'ils reprennent leur envol.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés