Gourin, en terre américaine

Gourin, en terre américaine

L'une à flanc de montagne, sur une terre dure où la roche affleure parfois, l'autre plus riante, dans sa campagne valonnée : Gourin et Le Faouët, deux villes aux paysages si différents partagent la même riche histoire dont témoignent de magnifiques églises et chapelles.

Bâtie sur le flanc sud des Montagnes Noires, Gourin est la capitale d'un petit pays que le siècle écoulé a saigné à blanc. Faute de suffire à nourrir ses habitants, sa terre est devenue terre d'émigration au moment des grandes famines des années 1881.

Il en est resté une vivante tradition d'exil, puisqu'aujourd'hui encore nombreux sont les Gourinois à vivre outre-Atlantique, où ils sont allés travailler grâce à un efficace réseau de Bretons de New-York. Nombreux sont aussi ceux qui sont revenus au pays, fortune faite.

Le Faouët, l'autre cité cornouaillaise du Morbihan, doit son nom aux forêts de hêtres (Faou, en breton) qui couvraient autrefois cette région, sur les bassins versants du Ster Laër et de l'Ellé.

Les halles du Faouët

Les halles du XVle siècle se situent sur la place, au centre de la ville du Faouët. La charpente en chêne massif abrite encore de nos jours le marché du bourg mais conserve toujours le souvenir de Marion du Faouët. Cette femme brigand qui a vécu au XVIle était le chef d'une bande de malfaiteurs qui dévalisait les riches après les foires et les voyageurs. Son destin s'est malheureusement achevé au bout d'une corde. Bien mal acquis ne profite jamais...

Installé dans un ancien couvent d'Ursulines du XVIIe siècle, le public et les amateurs de peinture y trouveront des expositions de qualité. Inauguré en 1987, le musée actuel conserve une collection de peintures, dessins et gravures, dont le premier noyau a été constitué en 1914, à l'initiative du député-maire Victor Robic, à la faveur des relations d'amitié qu'il entretenait avec les artistes fréquentant la localité. Depuis 1992, le musée dispose, en plus du cloître et de l'anciene chapelle, de cinq salles d'exposition et d'une salle de conférences. Une exposition permanente présente 160 oeuvres qui possèdent souvent des qualités ethnographiques et plus de leurs qualités esthétiques intrinsèques : leurs auteurs ont puisé abondamment leur inspiration dans la vie quotidienne, les costumes bretons et les demeures paysannes. Musée du Faouët,1, rue de Quimper 56320 Le Faouët - Renseignements : tél. 02.97.23.23.23 - email:

 

du.faouet.musee@wanadoo.fr

Le monde des abeilles et des fourmis

Dans une ferme entièrement rénovée, au Faouët, la famille Nadan vous ouvre les portes sur la vie mystérieuse des abeilles. Tout l'été, ces petites bêtes ont travaillé ardemment, même si elles sont parfois venues vous retrouver à la terrasse des cafés, afin de fabriquer un peu de ce nectar des dieux appelé communément miel. A la fin de l'été, grâce aux 300 ruches de cet apiculteur, vous pourrez enfin déguster la cuvée nouvelle. Si le processus de fabrication de ce produit, aux qualités nutritives incontestables, vous est encore inconnu, une halte dans cette ferme s'impose. Afin de parfaire vos connaissances en la matière, Mme et M. Nadan ont conçu une exposition dans laquelle une dizaine de ruches vitrées vous permettent de pénétrer dans l'intimité d'un essaim. Vous pourrez ainsi découvrir la reine et sa cour, les butineuses se déchargeant de leur pollen mais aussi les ouvrières qui indiquent à «leurs collègues», le lieu où la récolte sera la plus fructueuse. Une exposition très pédagogique puisque plusieurs montages vidéo expliquent la vie d'une abeille, de sa naissance jusqu'à sa mort en passant par ses différentes étapes professionnelles. Dans le monde des abeilles, la progression sociale existe également. En effet, cet insecte infatigable sera tour à tour nettoyeur, nourricier, ventileur et gardien de la ruche, le sommet étant atteint lorsqu'il deviendra ouvrier pendant quelques semaines avant de s'éteindre. La visite de l'exposition se termine agréablement puisqu'une dégustation et une vente des produits maison (miel, pain d'épices, pollen, gelée royale, chouchen et jus depomme) sont proposées.

Exposition «l'Abeille vivante» au Faouët - Kercadoret - 56320 Le Faouët. Ouverture en saison Renseignements : tél. 02.97.23.08.05; fax 02.97.23.11.34 sur internet à l'adresse

 

http://www.abeilles-et-fourmis.com/

Gourin l'américaine

La statue de la Liberté, sur la place centrale de Gourin, témoigne de l'exode qu'a connu la ville après la Seconde Guerre mondiale. Les difficultés économiques sont les causes principales de l'émigration massive de ces Bretons, partis chercher fortune à New York. Lorsqu'ils reviennent au pays, ces Bretons de New York sont plus vulgairement appelés « les culs rouges ». Cette appellation, non contrôlée, leur a été attribuée à cause de la couleur de la plaque minéralogique des voitures américaines. Mais le bourg possède bien d'autres richesses que celles acquises à l'étranger. La capitale des «Montagnes Noires» peut s'enorgueillir de sa situation géographique qui la place au coeur des champs, des bois, des landes d'ajoncs et de bruyères, sans oublier les nombreux ruisseaux qui font le bonheur des pêcheurs de truites. Témoins de l'histoire, les nombreuses chapelles situées dans le bourg ont toutes été restaurées.

Vous pourrez également visiter le vieux manoir de Kerbiquet ainsi que des vestiges de l'époque gallo-romaine.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés