Noël : une tradition celte ?

Noël : une tradition celte ?

Le Noël breton, qui a beaucoup hérité des traditions celtiques, donne lieu à des fêtes empruntes de magie et de légendes. Les racines celtes de cette fêtes et sa très forte identité culturelle lui font conserver certaines traditions et légendes.

© LAMOUREUX Alexandre

La messe de minuit

Aller à la messe pour nos ancêtres cela voulait dire faire plusieurs kilomètres à pied, de nuit, par tous les temps sur des chemins boueux... tout en chantant des cantiques de Noël....Ceux qui restaient pour garder la maison et les animaux étaient chargés de disposer des couronnes de paille dans les champs autour de leurs pommiers pour s'assurer une belle récolte....

Le sapin de Noël

Le' vrai sapin de Noël' se doit d'être un épicéa. Cette tradition peut trouver son origine chez les Celtes qui dédiaient cet arbre au jour de renaissance du soleil (solstice d'hiver) et l'appelait 'l'arbre de l'enfantement'. On ne touchait jamais au gui réputé magique et sacré car le 23 décembre, jour du solstice d'hiver était aussi chez les Celtes le' jour de la pierre brute', le jour où on cueillait rituellement le gui avec une faucille d'or...

Les cadeaux de Noël

Ils se limitaient souvent à un sucre d'orge ou un 'petit jésus' en sucre ou encore une belle pomme ! Les bonnes années les parents y ajoutaient une orange en complément.

Les enfants trouvaient leurs cadeaux dans leurs sabots le matin du 25 décembre.. à condition qu'ils soient bien propres. Inutile de vous dire que jamais sabots n'ont été aussi bien astiqués que le 24 décembre au soir !

La bûche de noël

Une belle pâtisserie aujourd'hui, la bûche de Noël était, de fait, un énorme bois de chêne, hêtre, orme, arbre fruitier.... un bois dur à combustion lente. Appelée Kef nedeleg, kod an nedeleg, an etev nedeleg ou encore tos an nedeleg, la bûche était aspergée d'eau bénite et de sel avant d'être brûlée. La combustion pouvait durer plusieurs jours mais devait surtout chauffer la veillée de Noël après la messe...Les braises étaient recueillies car elles avaient des vertus médicinales, mais on prétendait aussi qu'elles protégeaient de la foudre, des serpents et qu'elles purifiaient l'eau de pluie. Les invités repartaient parfois chez eux avec un sabot plein de braises, ce qui leur permettait d'allumer le feu à leur retour chez eux....

Une nuit magique

Les croyances anciennes sont particulièrement nombreuses sur la veillée de noël :

- Pendant que sonnent les 12 coups de minuit on entend au loin le son des cloches des villes englouties et on peut voir des menhirs qui sortent de terre pour aller boire à la source. Ils ont laissé à leur emplacement un trésor mais il faut se hâter pour s'en saisir avant leur retour !

- Au cours de cette nuit de Noël aucun esprit satanique ne peut agir ni aucune sorcière surgir, les korrigans comme l'ankou se sont éloignés.

- Pendant la messe de minuit les animaux parlent 'la langue de l'homme' dans leurs étables.

- Des pastorales étaient jouées dans les églises et une légende des Côtes d'Armor raconte le miracle de Sainte Brigitte, pauvre infirme sans bras, qui reçut l'enfant de Marie sur ses genoux et qui retrouva ses mains et ses bras pour langer le divin enfant en lui chantant la berceuse de Noël.

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés