Dinan, un patrimoine architectural exceptionnel

Dinan, un patrimoine architectural exceptionnel

Classée ville d'art et d'histoire, Dinan conserve un magnifique patrimoine architectural préservé. Une ambiance médiévale qui bénéficie en outre du cadre remarquable des bords de la Rance. Entre Rennes et Dinard, la plus grande cité médiévale de Bretagne éblouit les visiteurs par sa situation, perchée à 75 m, sur un piton rocheux dominant la Rance, traversée par un spectaculaire viaduc. 

Publié le 24/09/2020
A- A+
  • De nombreux remparts

De là, vous pouvez accéder au chemin de ronde. C'est l'occasion de contempler ces impressionnants remparts s'étendant sur trois kilomètres, les plus longs de Bretagne. La rue du Jerzual et celle du Petit Fort permettent de gagner le port. Particulièrement pentues, elles comptent parmi les plus belles et les plus pittoresques de la ville avec leurs boutiques des XVIe et XVIIe siècles, où logent aujourd'hui de nombreux artisans.

Les places des Cordeliers et des Merciers méritent également une halte prolongée. Là, la maison de la Mère Pourcel (fin XVe) a conservé son escalier à vis. Un petit détour s'impose par ailleurs jusqu'à l'église Saint-Malo, édifiée dans le style flamboyant du XVe au XIXe siècle.

  • Le château de Dinan

Le château, fortifié au XVIe siècle par le duc de Mercoeur, se compose d'un magnifique donjon du XIVe, de la porte du Guichet (XIIIe) et de la tour de Coëquen (XVe). À l'intérieur, le Musée d'art et d'histoire du Château de Dinan rappelle l'histoire de la ville. On y admire, entre autres, costumes, mobiliers, ainsi que la salle des Gisants (tél. 02.96.39.45.20). Le musée du rail dinannais est un autre but de promenade (tél. 02.96.39.81.33), de même que la maison d'artiste de la Grande Vigne, demeure d'Yvonne Jeanne-Haffen (1895-1993), élève de Mathurin Méheut (tél. 02.96.87.90.80).

Le port de plaisance et ses chemins de halage offrent aussi un cadre plaisant pour les balades à pied.

  • Histoire de Dinan

Dinan doit sa naissance à la bienveillance de Nominoë, premier roi de Bretagne, et sa richesse au commerce des toiles. Elle fut le théâtre de nombreuses batailles à l’issue variable, entre Bretons, Français et Anglais. Heureusement lors de la dernière guerre, les bombardements d’août 1944 ont peu porté atteinte à son corset de remparts et à son patrimoine exceptionnel, aujourd’hui protégés par une convention Ville d’art et d’histoire signée en 1986 et sa conséquence, la création d’un secteur sauvegardé en 1988.  

  • Balades médiévales

Dinan, un patrimoine architectural exceptionnel

 

Il est impossible de se promener dans Dinan sans en saisir l'atmosphère particulière et sans plonger quelques siècles en arrière. De belles maisons à colombages parent de leurs pans de bois un lacis de ruelles pavées. 

Cité médiévale de Dinan en Bretagne

 

La découverte de la ville commence par la place Duguesclin, où se trouve l’office de tourisme (1559), une statue équestre de l’illustre connétable et la maison du Gisant (XVIIe). De là, la balade peu commencer par la rue de l’Horloge, un vrai musée d’architecture médiévale (fin XVe) ! Les plus sportifs n’hésiteront pas à gravir les 160 marches de l’escalier de la Tour de l’Horloge pour profiter d’une vue panoramique somptueuse. La déambulation se poursuit par les ruelles vers la place des Merciers, et rejoint par la rue de la Poissonnerie la rue du Jerzual. Au-delà de la porte du même nom, la rue du Petit Fort dévale vers le port au charme intact. Là, on a le choix de passer l’antique pont à arches pour filer à la Maison de la Rance qui présente de belle façon le milieu naturel du pays. Sinon, sur la rive gauche la charmante maison d’artiste de la Grande-Vigne ouvre son jardin de rocailles et de murets à flan de côteau, et l’intimité de son intérieur chaleureux aux amateurs d’art. 

Les passionnés de jardin se régaleront aussi au Val Cocherel aménagé dans l’ancienne contrescarpe au pied du château du XIVe siècle. Le Jardin anglais de la rue Chauffe-pieds offre un repos bien mérité en même temps qu’une vue magnifique sur la Rance. 

Sur la place Saint-Sauveur se dresse la basilique (XIIe, XVe, XVIe) de style romano-byzantin. Admirez en détail son beau portail roman. À l'intérieur, vous noterez aussi la présence du tombeau de Du Guesclin, renfermant le cœur du célèbre connétable. Derrière, le jardin anglais permet de jouir d'un superbe panorama sur la Rance.

abbaye Sait-Sauveur
Basilique Saint-Sauveur

Dans cette ravissante demeure perchée en haut d’un jardin clos, flotte encore l’esprit d’Yvonne Jean-Haffen, artiste peintre de talent du XXe s. Bretonne d’adoption, élève et amie de Mathurin Méheut, elle travailla avec lui au décor de paquebots, aux faïenceries Henriot de Quimper et à la Manufacture de Sèvres. Elle a légué sa maison à la Ville de Dinan qui a su garder l'atmosphère instaurée par Yvonne Jean-Haffen. Ce lieu labélisé « Maison des illustres » où l’artiste aimait à recevoir ses amis artistes et écrivains, notamment Mathurin Méheut, Roger Vercel et Florian Le Roy, a conservé cet esprit d’ouverture artistique en accueillant des artistes en résidence et en s'ouvrant à la visite en été avec l’organisation d’expositions temporaires, en 2020 :  «  Paysages de Bretagne », par Yvonne Jean-Haffen 

Ouvert jusqu’au 30 septembre,  tous les jours, de 14h00 à 18h30, 103 rue du Quai – Dinan

Renseignements T. 02 96 87 90 80

  • Que faire à Dinan ?

Léhon et son abbaye

Un (bon) conseil : essayez d’arriver à Léhon par la Rance, à pied ou en bateau ! Toute la majesté de l’abbaye Saint-Magloire, fondée au IXe siècle vous apparaitra dans son écrin de verdure. Classée monument historique, elle présente un réfectoire du XIV e siècle, un cloitre à piliers carrés du XVII e s et une église abbatiale (XII-XV e siècles) avec de beaux gisants. Ne manquez pas les expositions en été et la balade dans la ravissante cité.  

Taden, un surprenant manoir

À 6 km au nord de Dinan, cette commune est remarquable de par son patrimoine et ses paysages. Ici, une fontaine gallo-romaine, là, une chapelle, plus loin un colombier ou encore les surprenantes ruines du château de la Garaye. Au cœur du bourg, le manoir de la Grand’Cour surprend par ses proportions et sa tour. Cet exemple rare de « logis-porche » a conservé une coursive en encorbellement et une salle haute à charpente lambrissée au 1er étage avec une tribune reliée aux appartements nobles. La conservation respectueuse permet d’entrevoir le mode de vie du seigneur au XVe siècle. En été, un sympathique marché de producteurs locaux se tient dans la cour close. 

Non loin, la « plaine » de Taden est en fait un vaste plan d’eau formé par l’éloignement des rives de la Rance. D’un côté, un quai maçonné où des bateaux paressent au soleil. De l’autre, une roselière. Le tout forme une bonne adresse pour les passereaux, les grèbes huppés, les poules d’eau, les foulques macroules et les sarcelles... 

Musée du cidre

Dans la campagne environnant la Rance, on remarque de nombreux vergers de pommiers. Qui dit pomme, dit cidre. À l’époque de la marine à voile, il était produit en quantité pour étancher la soif des marins. À Pleudihen-sur-Rance, la famille Prié perpétue la tradition, et produit des cidres biologiques ainsi que du vinaigre et du jus de pomme bio. Paré d'une belle robe dorée, leur cidre fermier possède une effervescence naturelle particulièrement agréable qui lui vaut de nombreux prix dans les concours agricoles. Désireux de partager leur passion, les Prié ont créé un musée du cidre dans une ancienne ferme restaurée. Au-delà de la fabrication du cidre, on découvre les gestes d’antan, ceux du tonnelier, du cerclier… et une documentation sur les bienfaits du cidre, les publicités qui en vantaient l’usage et des objets d’art parfois fort poétiques. Et bien sûr, la visite se clôt avec une dégustation ! 

Ouvert d’avril à septembre. Tél : 02 96 83 20 78

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés