Carn et ses légendes

Carn et ses légendes

L'île de Carn jouit d'un statut bien particulier à Portsall et dans la mémoire collective des habitants de la région.

Entre son monument mégalithique funéraire et les légendes que les plantes murmurent, elle attise la curiosité.

Ce petit îlot accessible à marée basse, même par faible coefficient, abrite un tumulus de huit mètres de haut et d'une quarantaine de mètres de diamètre. Il s'agit d'un monument mégalithique funéraire à trois chambres qui date d'environ 4.200 avant Jésus-Christ.

Les campagnes de fouilles menées de 1954 à 1970 ont permis de mettre ce site très fréquenté en valeur. Les nombreux objets récupérés sont conservés au musée de préhistoire de Penmarc'h, dans le Sud-Finistère.

La légende du roi Marc'h

Cette île, utilisée longtemps par les goémoniers, est aussi le berceau de la légende du roi Marc'h.

L'histoire raconte qu'habitait sur Carn un roi très cruel, pourvu d'oreilles de cheval ! Pour garder son terrible secret, aucun barbier ne revenait vivant du château. Plusieurs versions de cette légende circulent du côté du tumulus de Carn. Certains conteurs affirment qu'un barbier aurait réussi à trancher la tête du roi et à s'enfuir en sautant par-dessus les remparts.

D'autres pensent qu'un coiffeur, qui savait bien tenir sa langue, a rompu le sortilège, et que les oreilles du roi ont immédiatement disparu. Enfin (cette liste n'a pas la prétention d'être exhaustive), quelques spécialistes racontent qu'un barbier, qui avait promis et juré de tenir sa langue, a creusé un trou dans le sol et crié son secret avant de le recouvrir de terre.

Mais, les plantes qui ont poussé à cet endroit répètent toujours, les jours de grand vent : « Le roi Marc'h a des oreilles de cheval, le roi Marc'h a des oreilles de cheval, le roi Marc'h a des oreilles de cheval... »

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés