La cale de l'île-Tudy

La cale de l'île-Tudy

Au bout de cette langue de terre qui porte le nom d'île mais qui n'est que presqu'île, la cale témoigne d'une riche histoire.

Construite en granit entre 1862 et 1868, elle accueille la petite centaine de sardiniers qui alimentent les trois conserveries de l'île-Tudy. Les usines tournent alors à plein régime. La première d'entre elles, la fabrique de conserves de sardinesà l'huile Martin qui prendra plus tard le nom de Philippe et Canaud, existe depuis 1857. Elle dispose d'ailleurs de sa propre cale, au parcours sinueux, que l'on découvre à marée basse à la pointe sud de l'île. Ses 22 chaloupes y débarquent leur pêche. Les autres pêcheurs accostent à la cale principale.

Le bourg vit ses dernières heures prospères vers 1900 avant que ne commence la migration des sardines. Les usines de l'île-Tudy ferment alors leurs portes, les marins s'expatrient à Loctudy et Lesconil, à la recherche d'autres embarquements, d'autres pêches. L'usine Béziers accueille en 1917 le personnel d'une base d'hydravions pour la chasse aux sous-marins puis passe aux mains de l'US Navy en 1918, guerre oblige.

Des jours heureux

Aujourd'hui plus un seul bateau de pêche professionnel n'est enregistré à l'île. La cale vit pourtant des jours heureux. Une des conserveries accueille l'école de voile, une autre un centre de vacances. Les gilets de sauvetage pendent là où séchaient les sardines; les pêche-promenades et les voiliers mouillent à la place des bateaux de pêche. La cale vit au rythme du passeur -vers Loctudy- et de sa placette. Quatre restaurants, des bars tournent leurs terrasses animées vers la rivière de Pont-l'Abbé et l'île Chevalier.

Un sanctuaire pour les oiseaux de vasière, un paradis pour les pêcheurs de palourdes.

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Quimper et la Cornouaille
Contenus sponsorisés