L'île-aux-Moutons se préserve

L'île-aux-Moutons se préserve

L'île-aux-Moutons, située à mi-chemin entre l'archipel des Glénans et la pointe de Mousterlin, est souvent une première escale pour les plaisanciers qui n'osent pas s'aventurer dans les cailloux des Glénans.

Ses abords sont mal pavés, mais on peut venir mouiller à l'est de l'île, au pied du phare. Mis en service en 1879, le phare a été automatisé en 1985 et a vu passer des générations de gardiens.

Non loin, une roche isolée pointe vers le ciel. Elle a longtemps été prise pour un menhir et est désignée comme telle sur les cartes, mais est d'origine purement naturelle.

Attention aux sternes...

C'est aussi une réserve ornithologique de première importance qui abrite, d'avril à fin août, une colonie de sternes Pierregarin et Caugek.

520 couples de sternes Caugek et 120 de Pierregarin ont été recensés dernièrement. Ce qui en fait la deuxième colonie de Bretagne, après l'île aux Dames, dans la baie de Morlaix.

Cette population est en effet en augmentation, depuis qu'un bénévole de la SEPNB Bretagne-Vivante fait office de gardien pendant la période de nidification.

Un petit dépliant édité par la commune de Fouesnant explique d'ailleurs aux plaisanciers qu'il est interdit de laisser les chiens en liberté sur les îles, mais aussi que, en dehors des mouillages organisés de Saint-Nicolas, il faut éviter de jeter l'ancre dans les herbiers de zostères qui sont un refuge et une zone de ponte pour les poissons et les crustacés ainsi qu'une source de nourriture pour les oiseaux migrateurs et hivernants.

Quant à la flore sur l'île, c'est un peu la même que sur l'île Saint-Nicolas puisqu'on y retrouve les plantes du milieu dunaire.  Au printemps, le tapis de jacinthes des bois aux clochettes bleues et mauves est féérique.

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Quimper et la Cornouaille
Contenus sponsorisés