Paimpolais : la mer dans l'âme

Paimpolais : la mer dans l'âme

Ils sont musiciens, pêcheurs, conservatrice de musée, charpentier naval, commerçants ou ostréicultrice. Héritiers d’une tradition maritime solidement ancrée, ils incarnent l’âme de Paimpol.  

Publié le 26/06/2020
A- A+
© Simon Cohen

Une fin d’après-midi à Paimpol. Les “ gars de l’Hydro ”sortent du cours en faisant sonner leurs galoches sur le pavé. Ils rejoignent qui son foyer tenu par des sœurs, qui son hôtel, plus sûrement sa chambre chez l’habitant. Ils ont vingt ans, le rire aux lèvres, la plaisanterie à la bouche et l’œil qui pétille… Pour les mères de famille, c’est un même réflexe : les jeunes filles sont sommées de regagner l’ombre protectrice des maisons et de s’adonner aux tâches ménagères.

Non mais !“ L’Hydro ”, l’école d’hydrographie (aujourd’hui reconvertie en lycée maritime), qui formait des officiers pour la marine marchande, a fermé ses portes en 1986, après 160 ans d’existence, laissant Paimpol sonnée et orpheline. Mais Marie-Louise Rafflegeau, née Cadic, les voit comme si c’était hier, les beaux garçons que, malgré les injonctions maternelles, elle observait depuis les fenêtres de l’hôtel familial donnant sur les quais. D’ailleurs, elle en a épousé un !

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Les Incontournables de Bretagne Magazine
Contenus sponsorisés