Le phare de Rochebonne

Le phare de Rochebonne

L'habitation attenante au phare est occupée, mais Rochebonne n'en reste pas moins automatisé. Son plan adopte le principe d'une habitation construite en 1868, agrandie en 1908, flanquée en son pignon d'une tour carrée de 19,90 mètres.

Publié le 04/06/2018
A- A+

Le système d'éclairage connaîtra plusieurs modifications, avec la mise en place d'un brûleur à incandescence le 7 octobre 1907. Son feu, alimenté à la vapeur de pétrole, est rapidement remplacé par une lampe électrique.

Économiser un gardien

Le réseau électrique existant à Saint-Malo, situé à peine à deux kilomètres, favorise l'installation dès 1929 et permet à l'administration des Phares et Balises d'économiser la présence d'un gardien « classé » en permanence. Le directeur Rouville, en poste à cette époque, voit d'ailleurs là le principal intérêt de l'électrification : « Cette transformation permettra de supprimer un poste de gardien classé, la surveillance d'un feu électrique pouvant être assurée par un gardien auxiliaire ». Car n'oublions pas que, de tout temps, les phares doivent rester le plus économique possible.

La construction définitive

La tour de 16 mètres originelle, rayée de bandes rouges et noires, est construite par Le Breton, entrepreneur de Dol.

Après la destruction de la tour par les Allemands, en 1944, il faut attendre 1961 pour voir le feu se rallumer. Cette fois, la tour en pierre a pris de la hauteur et des couleurs; le feu culmine à plus de 40 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La partie supérieure est rouge, le reste de la tour mêle la teinte de la pierre au blanc.

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Phares de Bretagne
Contenus sponsorisés