Pierre Loti

Pierre Loti

A vécu en Bretagne, notamment à Paimpol, où est né son fameux 'Pêcheur d'Islande'.

Publié le 12/10/2020
A- A+

1868. Embarqué sur son premier navire, Loti fait escale à Paimpol.  'D'abord la Bretagne me causa une oppression et une tristesse extrême. Ce fut mon frère Yves qui commença à m'initier à son charme mélancolique. Et ensuite l'influence qu'une jeune fille du Pays de Tréguier exerça sur mon imagination très tard, vers mes 27 ans, décida tout à fait de mon amour pour cette patrie adoptée...', confie Pierre dans le 'Roman d'un enfant'.

Trois retours à Paimpol confortent ce sentiment. Fin 1877, Loti rencontre Pierre Le Cor, le marin qui compose le personnage d'Yves Kermadec dans « Mon frère Yves » (1883). Puis en 1882, Pierre se lie avec Guillaume Floury, de Pors-Even, qui donne vie au Yann de Pêcheur d'Islande. Cette année-là, il tombe éperdument amoureux d'une jeune femme qui devient la jeune Marguerite du Pêcheur...

Chez Le Richard

A Paimpol, Pierre Loti descend à l'hôtel Le Richard -aujourd'hui salon de coiffure, place du Martray- qui offre un point de vue sans pareil sur le petit monde des « Islandais ». Il y stocke des anecdotes, croque des trognes car, en plus d'être un excellent reporter, il dessine avec talent.

'Pêcheur d'Islande' naît pourtant loin de ce petit port d'adoption, entre Paris et le Japon. Car Pierre Loti est avant tout un grand voyageur. Enseigne de vaisseau nommé capitaine de vaisseau en fin de carrière, en 1910, il ne cesse de parcourir le monde. Ce monde de la marine de guerre le passionne. En 1899, il embarque pour les Indes, la Perse puis, à bord du cuirassé 'Le Redoutable', participe à la campagne d'Extrême-Orient et retourne inlassablement à Rochefort, son port d'attache.

Sa maison, aménagée avec un soin tout oriental, l'y attend pour un dernier repos. Mais c'est à bord d'un aviso de la Marine nationale qu'il rejoint sa dernière demeure, sur l'île d'Oléron, à l'ombre des oyats et des pins parasols...

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : La littérature bretonne
Contenus sponsorisés