Comment dire merci en breton ?

Comment dire merci en breton ?

Les mauvaises langues diront que l’on ne dit pas merci, de la même façon que l’on ne dirait pas bonjour en breton. C’est bien évidemment faux ! Mais il est vrai que l’on ne remercie pas pour tout et rien, en témoigne la signification de la principale traduction de « merci » en breton : Trugarez.

Publié le 04/12/2020
Modifié le 04/12/2020
A- A+
Merci en Breton se traduit par Trugarez

Vous venez de recevoir un cadeau et vous souhaitez exprimer votre gratitude ? C’est l’occasion de remercier de façon originale en teintant vos remerciements d’une couleur celtique et bretonnante. Découvrez nos 5 moyens pour dire merci en breton !

Trugarez

C’est la façon la plus connue et la plus utilisée par les bretonnants. Mais « trugarez » ne signifie pas un simple « merci » breton. Cette traduction possède une connotation religieuse qui permettait autrefois d’exprimer sa gratitude lors des prières et des cantiques. Trugarez est un dérivé de « trugar », qui désigne la miséricorde, et provient directement du gaulois celte « trugareto » (le remord, la reconnaissance). 

Le « merci » français possède la même signification à l’origine, en témoigne l’expression « être sans merci ». Mais si le mot français est désormais dénué de tout aspect spirituel, trugarez conserve son importance et ne se dit pas pour tout et rien. À dire lorsque vous recevez un cadeau d’anniversaire de la part d’un Breton !

Trugarez dit Pierre !

C’est toujours mieux de personnaliser vos remerciements, surtout lorsqu’il s’agit d’une personne que vous appréciez. Cela permet d’appuyer votre gratitude en reconnaissant devant la personne concernée que c’est d’elle que provient la joie et le plaisir liés à la réception du cadeau, service rendu, etc… 

Optez donc pour « Trugarez dit [+ prénom] », qui signifie littéralement « Merci à toi [+ prénom] ».

Trug’

Il s’agit probablement de la version la plus contemporaine pour dire merci en breton. Trug’ est l’abréviation de Trugarez utilisée par les « jeunes » bretonnants issus du renouveau breton de la seconde moitié du 20ᵉ siècle. Francophones de naissance, les nouveaux bretonnants ont appris dans les écoles diwan et modèlent le breton à leur sauce et font évoluer la langue avec leur temps. La façon d’abréger les mots bretons se fait traditionnellement en dehors de la syllabe accentuée. Or, on peut remarquer que Trug’ est justement la syllabe accentuée et qu’il s’agit d’une abréviation à la française

Mersi

Mersi est le mot breton directement issu du français « merci ». Les relations entre les Bretons et les langues latines ne datent pas d’hier et on aurait tort de croire que la Bretagne était historiquement isolée du reste du monde sans flux commerciaux, diplomatiques ou migratoires. Ces échanges ont bien eu lieu et ont contribué au développement de la langue bretonne. Ainsi, le latin a eu une influence sur le breton au fil des siècles comme sur l’expression Nedeleg laouen (joyeux Noël en breton), où Nedeleg provient de « natalis ».

Mersi s’utilisait en breton, car la présence de francophones s’est accrue au fil des siècles et il était plus simple de communiquer avec eux de cette façon. Le français étant devenu la norme, « mersi » se dit de moins en moins et « trugarez » est devenu la forme apprise dans les écoles diwan.

Bennozh Doue deoc’h

Bennozh Doue deoc’h se traduit par « Soyez bénis ». Si nous vous disions que trugarez avait un aspect religieux et spirituel, il ne fait pas de doute que cette expression-ci possède bien plus qu’une simple connotation.

Elle est principalement utilisée par les habitants de la Basse Bretagne et plus particulièrement par ceux du Pays de Léon, là où la religion catholique est la plus ancrée traditionnellement.

Bennozh signifie la « bénédiction » et se retrouve dans d'autres langues brittoniques comme le gallois (bendith), le cornique (bennath) et le gaélique irlandais (beannacht). Doue désigne logiquement Dieu et provient du vieux breton « doiu, duiu ». On pourrait croire que la racine est tirée du latin « deus » mais c’est une origine bien plus ancienne et millénaire qui est concernée : « deiwos » en indo-européen.

 

Et voilà ! Vous savez désormais comment dire merci en breton de cinq façons différentes. Vous n’avez plus de raison de ne pas user de politesse dans notre belle langue bretonne !

Rechercher un hébergement à proximité
Contenus sponsorisés