Luminais et la légende d'Ys

Luminais et la légende d'Ys

Originaire de Nantes, Evariste-Vital Luminais (1822-1896) consacre à la Bretagne quelques scènes de genre. Il associe dans ses toiles la Bretagne et le goût de l'époque pour l’histoire nationale. « La fuite de Gradlon » illustre ainsi la légende de la Ville d'Ys.

Publié le 24/05/2018
A- A+

Spécialiste reconnu de scènes gauloises, mérovingiennes ou carolingiennes, il fut surnommé « L'Augustin Thierry de la peinture». «Les énervés de Jumièges» ou « La mort de Childéric 1er » illustrent le goût de l'époque pour l'histoire nationale et en particulier celle du Moyen Age.

En 1875, il associe l'histoire et la Bretagne en présentant un épisode de la vie du roi Morvan. En 1884, il s'attaque à la légende de la ville d'Ys et choisit de représenter l'épisode où, la ville venant d'être submergée, la seule solution pour le roi Gradlon, qui fuit à cheval, est de sacrifier sa fille.

Dans une première peinture, Luminais ne montre que Gradlon rejetant sa fille, Saint-Guénolé est absent. Il donne à Gradlon l'apparence du roi du Haut-Moyen, tel qu'il en peignait à répétition.

Un succès jamais démenti

Mais la composition du tableau ne lui convient pas, ou bien reprend-il le choix de Penguilly-L'Haridon pour son illustration de « La Bretagne ancienne et moderne », de Pitre-Chevalier, comme le suggère le conservateur du Musée des Beaux-Arts de Quimper. Il rajoute donc saint Guénolé à cheval et va, 'en habile technicien', procéder à quelques corrections pour donner pas de force à la scène, quitte à prendre quelques libertés avec la légende.

'Le thème est bien celui du sacrifice de celle qui a péché, d'une jeune fille par son père, selon la seule volonté de Dieu, sans relation directe avec la submersion de la ville ou la fuite devant les flots'.

'Tout a été gommé pour focaliser l'attention du spectateur sur ce geste', souligne le conservateur qui précise que cette ?uvre connaîtra un énorme succès lors de sa présentation, succès jamais démenti jusqu'à maintenant.

Rechercher un hébergement à proximité
À découvrir aussi : Les peintres bretons
Contenus sponsorisés